Concours PACES : fautes d’étourderies ? Votre ennemie public numéro 1 !

 

« J’ai tendance à faire mes calculs très rapidement, à sauter des étapes pour aller plus vite, et cela m’a causé beaucoup de problèmes pendant les épreuves de biophysique et de chimie ! ».

 

Lorsqu’on est d’un tempérament distrait, dans les QCM, il convient d’user d’une méthode qui va permettre d’avoir le moins de données en tête, pour laisser place à une réflexion faite machinalement qui libère de l’espace pour les opérations intellectuelles : il faut apprendre à prendre son temps, ne pas vouloir faire 10 000 choses à la fois et mener son calcul doucement mais sûrement.

On pourra toujours aller plus vite ensuite, mais il faut passer, par une phase où on doit avoir beaucoup de rigueur dans les calculs, quitte à « y perdre du temps » sachant que ce n’est jamais du temps perdu que de faire un calcul juste plutôt qu’un faux…

 

Idéalement, en biophysique, il faut savoir détecter et manipuler des fonctions homogènes qui permettent de vérifier rapidement la crédibilité de la formule.

 

Il vaut mieux sauver les points que l’on a déjà, plutôt que de compter sur ceux qu’on n’a pas encore faits. C’est bien de se relire à la fin de l’épreuve, mais comment fait-on si on n’a pas pu finir la grille de QCM ?

Vérifiez pendant que vous lisez l’énoncé, vérifiez une fois de plus juste avant de passer au QCM suivant.

Portez votre attention sur les détails. 

Certaines questions comportent des pièges, on le sait et il ne faut pas se laisser prendre. Et bien sûr, si on n’est pas très concentré, on va tout droit dans le mur. Il faut décortiquer la question, et faire attention aux mots utilisés pour la poser (souvent ça ressemble plus à une épreuve de français !).

Vérifiez que vous cochez la bonne case et non celle du QCM suivant, au risque de décaler toutes vos réponses (et cela arrive plus qu’on ne l’imagine). Vous pourrez avoir 14 au lieu de 8.

Si vous faites plus attention, vous pouvez décrocher votre année au lieu de la redoubler. 

Il ne suffit pas de faire attention, il faut aussi s’entraîner en situation d’épreuve, s’entrainer encore et encore aux QCM afin d’acquérir ces réflexes de vérification.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les fautes étourderies ça se soigne ! 😉

Ça vous évitera de vous mordre les doigts. 

Tristan

—> REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK POUR ÊTRE TENU AU COURANT DES PROCHAINS ARTICLES : https://www.facebook.com/blogPACES

Be Sociable, Share!

2 Comments

Filed under Non classé

2 Responses to Concours PACES : fautes d’étourderies ? Votre ennemie public numéro 1 !

  1. KERLEAU michel

    Le dressage l’abêtissement et l’apprentissage de l’obéissance et du renoncement s’inculquent des la première année…mais rassurez vous il se poursuit jusqu’aux ECN. Les facultés de médecine confondent constamment le fait d’emm….der les étudiants et celui de vouloir leur apprendre utilement quelque chose ….a quoi sert ce cirque invraisemblable quand on sait que bientôt plus de la moitié des jeunes installés sont des médecins étrangers issus de pays ou le numerus clausus n’existe pas ….ça devient surréaliste à force cette pitrerie.

  2. N

    ?? Je n’ai pas compris le message précédent de Michel…

    En tout cas, bravo Tristan pour ta réussite au concours de PACES.
    Ton blog devrait être connu de tous.
    Trop de gens qui ne sont pas en médecine disent qu’il faut avoir 18 de moyenne en terminale ou au bac pour réussir la médecine, alors que ça n’a rapport, et de ce fait ils découragent plein de gens de s’inscrire en fac de médecine ! Ils ne savent pas de quoi ils parlent et se permettent de tergiverser, et ça, ça à le don de m’en faire mordre les doigts !
    En tout cas encore bravo, tu n’as pas eu de mention au bac tu étais un élève moyen au lycée, mais tu as réussi le concours de PACES du 1er coup et sans prépa, et de plus dans une des facs les plus sélectives ! C’est tout à ton honneur, et tu mets une bonne claque à tout ceux qui ne sont pas en médecine et qui se permettent de détruire le rêve de certaines personnes.
    On peut très bien être un élève qui était moyen au lycée avec un bac sans mention mais réussir le concours de médecine du 1er coup, et aussi être un élève brillant au lycée avec les félicitations du jury au bac et rater 2 fois le concours de médecine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *