Merci pour vos messages !!

Ce blog ne vous donnera pas la solution miracle pour passer en 2ème année de médecine, car elle n’existe tout simplement pas ! Cette page permet juste de vous donner quelques pistes pour que vous soyez plus efficace dans votre travail.

C’est grâce à la rigueur, à l’organisation dans votre travail, mais surtout, à la persévérance et à la confiance en soi que vous réussirez !

 

La solution est en vous ! 

 

Bravo à Paul, Lola, Solène, Marion, Simon et beaucoup d’autres ! Merci encore pour ces messages, car c’est pour ce genre de chose que je continue ce blog ! 😉

commentaire 2

 

commentaire 7

 

Capture d’écran 2016-07-19 à 00.03.06

commentaire 5

 

commentaire 6

 

 

commentaire 4

 

 

commentaire 1

 

 

commentaire 3

 

Profitez bien de vos vacances grandement méritées !

Tristan

Leave a Comment

Filed under Non classé

Le sommeil pendant vos révisions.

Le sommeil quand l’on étudie est nécessaire à la réparation des synapses et à la formation de la myéline, en même temps qu’il participe à la consolidation la mémoire

Vous passez un tiers de votre PACES à dormir. Alors autant le faire bien !

Prendre conscience de l’importance du sommeil

J’ai reçu plusieurs messages sur les problèmes de sommeil en médecine.

En voici 2 :

Capture d’écran 2016-09-25 à 17.00.14

Capture d’écran 2016-09-25 à 17.03.09

 

Vous découvrirez qu’au cours de vos révisions, le sommeil n’est pas un luxe mais une nécessité. C’est pendant que vous dormez que votre cerveau assimile les cours appris dans la journée. Le sommeil restaure l’ensemble des fonctions de votre corps.

Bien comprendre le mécanisme du sommeil pour éviter les pièges

Bien comprendre comment fonctionne le sommeil est primordial pour pouvoir récupérer correctement pendant vos nuits et ne pas accumuler de la fatigue toute l’année.

Prendre sur le sommeil pour travailler est une très mauvaise idée. Car en plus d’être moins concentré pendant les cours, vous êtes moins efficace après pour travailler et vous retenez moins.

Le manque de sommeil provoque aussi une baisse de motivation, comme des petits moments d’inattention, qui peuvent vous faire perdre bêtement des points, si elles arrivent pendant le concours.

Notez aussi que la fatigue influence votre système immunitaire en le rendant plus fragile face aux différentes agressions extérieures. Il serait bête de tomber malade 2 semaines avant vos examens ou concours.

 

Comment optimiser son sommeil ?

Capture d’écran 2016-09-25 à 17.20.12

Le sommeil comporte plusieurs cycles qui se répètent plusieurs fois dans la nuit.  Un cycle comporte plusieurs phases et est précédé d’une période d’éveil calme, plus ou moins longue, préparant l’endormissement.

 

Le principe

Le sommeil ne sera ainsi reconstituant que si les cycles se succèdent harmonieusement. Il n’y a pas de règle absolue concernant le nombre de cycles nécessaires à une bonne récupération : certaines personnes se sentent bien avec 3 cycles par nuit, pour d’autres il en faudra 5 ou 6.

Quand vous vous réveillez de vous même, c’est que vous venez de terminer un de vos cycles, vous vous sentez alors frais et reposé. Par contre, si votre réveil sonne au beau milieu d’un cycle, votre corps le vivra comme une fracture et le réveil sera brutal. Vous aurez alors beaucoup de mal à vous sortir du lit.

L’autodiscipline est ici très importante, car pour bien vous endormir et pour avoir un sommeil en phase avec vos cycles, il faut respecter vos horaires, de coucher, de lever mais aussi l’horaire de vos repas. Un cycle de sommeil dure en moyenne 90 minutes, mais cette durée peut varier entre 80 et 120 minutes. On n’a donc pas tous la même durée naturelle de repos. Il est donc très important que vous trouviez la votre.

 

LA RÈGLE : COUCHEZ-VOUS ET RÉVEILLEZ-VOUS TOUJOURS À LA MÊME HEURE !

Le plus important est donc le respect de vos horaires (repas, coucher, lever), mais sachez que les besoins de sommeil varient selon les individus et sont déterminés à la fois par notre génétique et par nos habitudes de vie. On cite souvent en exemple Napoléon, Louis XIV ou Churchill qui dormaient, dit-on, que quelques heures par nuit. Mais curieusement, on oublie de parler de tous les autres qui, comme Einstein, avait besoin de 10, et parfois même de 12 heures de sommeil par nuit !

 

Un truc hyper bien pour être efficace : La sieste après votre repas du midi !

Les siestes, sont souvent synonymes de perte de temps mais détrompez-vous la sieste n’est pas faite uniquement pour les paresseux ! La sieste de 20-30 minutes est en réalité comme le sommeil nocturne, un de nos besoins vitaux les plus innés. Cette programmation biologique nous permettrait ainsi d’aborder la deuxième partie de journée plus efficacement.

Ce moment de relaxation est en réalité un moyen de gagner en efficacité. Certaines études ont déterminé que notre activité intellectuelle s’élève progressivement jusque 13 heures puis diminue avant d’être de nouveau au maximum entre 16 heure et 21 heure. Prenez donc votre temps lorsque vous faites une sieste, elle n’en sera que plus bénéfique !

Il ne faut pas faire de petites économies de temps si c’est pour être plus efficace dans votre travail.

 

Tristan

Leave a Comment

Filed under Non classé

Les révisions.

C’est une période stressante car pour la majorité d’entre vous, ça sera la première fois que vous travaillerez autant et vos journées se résumeront en 3 mots :

Travailler – Manger –  Dormir

C’est pendant les révisions que toutes les connaissances accumulées depuis septembre se mettront en place dans votre tête.

Il est important de bien négocier cette période car elle conditionnera vos résultats aux concours.

Je vous donne ici quelques conseils pour réviser efficacement pour être fin prêt en décembre/janvier.

revisions

Tout d’abord, mettez vous en conditions

 

Trouver votre lieu de révision

Vous n’avez pas forcément besoin de vous isoler ou d’aller dans un monastère pour bien travailler pendant cette période. Pour des révisions efficaces, plusieurs choix peuvent s’offrir à vous :

 

  • Les révisions en bibliothèque ou dans un espace de travail

L’avantage des espaces de travail est qu’ils vous offrent un endroit calme pour apprendre vos cours et qu’ils suppriment les tentations que l’on peut avoir chez soi. Pour autant, il faudra que vous recherchiez à créer les meilleures conditions pour atteindre le niveau de concentration optimal pour être efficace.

Pour cela, je vous conseille de réviser dans un endroit un peu plus isolé, avec des bouchons d’oreilles, et de préférence, face à un mur.

 

  • Les révisions chez ses parents ou grands-parents

Chez vos parents ou grands-parents, vous pouvez facilement créer un environnement optimal pour travailler, en plus vous n’avez plus à vous soucier de faire les repas. Vous vous déplacez en deux secondes, vous disposez de plus de souplesse. De plus, avoir de la famille pour vous soutenir pendant cette période difficile vous sera d’une grande aide pour garder le moral.

 

  • Les révisions avec des amis

Si vous avez l’intention de faire des révisions avec des amis, assurez-vous qu’ils ont bien l’intention de travailler. Travaillez côte à côte pour vous stimuler, mais faites vos révisions chacun de votre côté et détendez-vous ensemble durant vos pauses. Si vous partez ensemble dans un lieu nouveau (maison de campagne), veillez à avoir de bonnes conditions de confort (sommeil, alimentation, bureau à vous).

 

Terminez d’apprendre vos cours

Avant de vous lancer dans les révisions elles-mêmes, il faut terminer ce que vous avez à faire et boucler rapidement le retard que vous avez pu prendre.

Si vous utilisez la méthode du space-learning, terminez vos J0 puis faites 2 rappels : un à J3 et un dernier à J10 (si l’échéance approche, libre à vous de raccourcir les intervalles avec un rappel à J1 et à J6, par exemple).

L’objectif est de ne surtout pas faire d’impasse !

 

Ordonnez votre travail

Il est important que vous soyez ordonné pendant vos révisions. Vous ne devez pas perdre de temps à chercher vos cours, ED, bouquins, etc… Il faut pour cela commencer par un petit travail de rangement de vos cours et de vos supports de cours. Cela va vous permettre de clarifier et d’ordonner les choses dans votre tête pour être serein.

 

Puis faites un planning de révisions.

Les cours sont maintenant finis, vous avez de longues journées devant vous pour réviser. Mais ne vous lancez pas à corps perdu dans vos révisions sans avoir fait un programme :

 

Utilisez un tableau de bord pour vos révisions

Répartissez dans un tableau de bord, les cours à revoir dans vos journées en commençant par les plus anciens (étudiés début septembre) et en finissant par les plus récents (vos cours de novembre) car on a besoin des notions apprises au début du semestre pour mieux comprendre les suivantes.

L’objectif est de réactiver tous les cours appris depuis septembre.

Pour cela, faites un roulement de tous vos cours : 1 tour correspond à un roulement/réactivation de l’ensemble de vos cours.

Des révisions efficaces doivent vous permettre de faire 2 tours voir 3 tours ! Le premier étant le plus long, comptez 10 à 15 jours, le deuxième 5-10 jours, (et le troisième 3-5 jours).

 

Utilisez la méthode S.M.A.R.T. pour planifier efficacement :

·      S pour spécifique et simple

Souvent, les objectifs que l’on se fixe pendant nos révisions sont bien trop vagues, et ne sont pas vraiment de nature à nous motiver. Vos objectifs, pendant la période de révision, doivent être clairs, précis et détaillés, pour qu’ils soient plus facilement mesurable.

·      M pour mesurable

Un objectif ne peut exister que s’il est mesurable. Il faut pouvoir mesurer l’état d’avancement de votre travail pour sentir que chaque tâche que vous réalisez vous rapproche petit à petit de votre objectif, celui de réussir vos concours. 

·      A pour atteignable

Quand vous réalisez le planning de vos révisions, il est très important de ne pas mettre la barre trop haute. Il faut savoir se fixer plusieurs petits objectifs plutôt qu’un seul beaucoup trop ambitieux ! Il faut savoir se fixer des objectifs à court terme afin d’atteindre ceux à plus long terme.

·      R pour Réaliste

Contrairement au A pour atteignable qui permet de diviser un gros objectif (réaliste) en plusieurs étapes. Le R pour réaliste aborde la notion de faisabilité de la tâche. Pour que vous soyez motivé à travailler dur et à donner votre maximum, vous devez sentir au fond de vous que l’objectif est faisable.

·      T pour Temporel

Vous devez délimiter vos objectifs de travail dans le temps, et les définir avec une durée précise, une date butoire, des étapes …

 

Exemple d’un objectif S.M.A.R.T. pour vos révisions :

‘’Je vais faire 4-5 exos de chimie ou de biophysique pendant 1h30 chaque matins de mes révisions avant de commencer ma journée !’’

C’est un objectif spécifique et mesurable (4-5 exos de chimie ou de biophy), accessible et réaliste (1h30 tous les matins), temporel avec une date définie (tous les jours des révisions).

 

Rythmez vos journées

  • Mettez les matières à exercices (biophy, stats, chimie, etc…) et les cours les plus difficiles le matin.
  • Alternez les matières. Ne faites pas de la cyto pendant une journée entière, puis de la biochimie un autre jour, puis de la SHS… Mais chaque jour, intercalez un chapitre de cyto, un de biochimie, un de SHS… : vous perdrez moins de temps sur chaque matière et vous garderez plus facilement en mémoire les différentes matières.
  • Passez plus de temps sur les disciplines à gros coefficient.

 

Et enfin, passez à l’action !

Il n’y a plus qu’à faire ce que vous avez prévu dans votre planning. Là encore, il faut s’organiser :

  • Mettez-vous au travail à heure fixe le matin, pas trop tard si possible (vers 8 h ou 9 h) et arrêtez le soir aussi à heure fixe.
  • Faites des nuits de sommeil de 7 heures au moins.
  • Veillez à rester concentré : en vous mettant à votre bureau, éteignez votre portable pour ne pas être dérangé.

Ne passez pas trop de temps sur un sujet car on ne peut se concentrer efficacement plus de 40 minutes.

Toutes les 35-40 minutes, faites une petite pause de 5 minutes : aérez-vous, levez-vous, allez boire un verre d’eau, écoutez un peu de musique, et remettez-vous au boulot : votre concentration sera à nouveau bonne.

Si vous sentez que vos pensées divaguent, malgré le fait d’avoir fait une pause, changez de matière pour ne pas perdre trop de temps.

  • Déconnectez le soir avant de vous coucher, en regardant une série de 20 minutes ou en lisant un peu, pour bien tourner la page de votre journée.

 

Force et honneur,
Tristan

Leave a Comment

Filed under Non classé

Les phrases mnémotechniques en PACES

phrases mnémo
Je suis sûr que vous avez déjà du faire face à cette situation : C’est la 3ème ou 4ème fois que vous revoyez ce cours mais il existe encore des éléments du cours qui vous échapent et qui ne veulent tout simplement pas rentrer dans votre tête.

Par exemple, moi en ce moment je n’arrive pas à retenir le nom des inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse dans le traitement du VIH => zidovudine / abacavir / lamivudine / ténofovir et emtricitabine.

Pour retenir ces molécules, je vais alors utiliser une phrase mnémotechnique !

 

En PACES, l’utilisation de phrase mnémotechniques est super efficace pour retenir des listes de mots et d’informations.

Ces moyens mnémotechniques sont souvent verbales, par exemple un court poème ou des mots sans significations particulières, lesquels permettent une meilleure récupération de l’information stocké dans notre mémoire.

Elles complémentent la répétition et la méthode du space-learning en favorisant les associations d’idées entre les concepts à l’aide de constructions faciles à mémoriser, soit parce qu’elles sont familières, soit parce qu’elles sont absurdes et farfelues.

Ces phrases mnémotechniques s’appuient sur le fait qu’on a plus de facilité à se souvenir d’informations qui ont un sens !

 

L’hypothèse principale qui sous-tend la méthode est qu’il existe deux types de mémoires : la mémoire dite « naturelle » et la mémoire dite « artificielle ».

La mémoire naturelle est innée et est utilisée sur une base quotidienne. (ex : prénoms, lieux, objets…)

La deuxième s’obtient par un entraînement régulier : comme la liste des acides aminés à apprendre par coeur.

Les phrases mnémotechniques permettent en fait de faire un lien entre la mémoire naturelle et artificielle afin de renforcer cette dernière.

 

Vous devrez faire appel aux phrases mnémotechniques à chaque fois que vous tomberez sur des parties de cours difficiles à retenir ou lorsqu’il y a des notions que vous confondez/retenez pas à chaque fois que vous revoyez votre cours.

Ces phrases permettent de gérez la surinformation, de garder en mémoire tout un tas de connaissances sans vous mélanger les pinceaux.

 

Par expérience, vous retiendrez mieux les phrases farfelues et c’est pourquoi il faut absolument être imaginatif et ne pas s’enfermer dans le même style de phrases ou de moyens mnémotechniques.

Pour reprendre mon exemple des molécules contre le VIH : j’ai imaginé une phrase en utilisant la technique de l’acrostiche et de l’analogie phonétique :

« Zido aime trop l’amitié d’Aba »

« Zido » pour la zidovudine

« aime trop » => EMTRO pour Emtricitabine

« l’amitié » => LAMI/TiÉ pour Lamivudine et Ténofovir

« d’Aba » pour Abacavir

 

Pour éviter de perdre du temps et de rendre encore plus difficile l’apprentissage de vos phrases que l’apprentissage de votre cours, vos phrases mnémotechniques n’auront d’intérêt que si elles vous viennent rapidement à l’esprit.

 

Il existe différents moyens pour réaliser vos phrases mnémotechniques :

 

— > Technique de l’acrostiche 

Elle consiste à faire un mot avec les initiales des mots à se rappeler.

Ex : Les 3 premières périodes du tableau de Mendeleïev ?

1ère période : H et He

2ème période : Li Be B C N O F Ne

« Lili Berce Bébé Chez Notre Oncle Ferdinand Nestor ».

3ème période : N Mg Al Si P S Cl Ar

« Napoléon Mangea Allègremenet Six Poulets Sans Claquer d’Argent ».

 

ou pour retenir les 4 phases de la mitose : Prophase, Métaphase, Anaphase et Télophase.

=> Papa, Maman, Amour, Toujours.

 

— > Technique de l’association

Consiste à associer tous les mots et les noms que vous voulez avec d’autres similaires mais qui ont l’avantage d’être beaucoup plus faciles à se rappeler.

Ex : Les ménisques du genou et leur formes ?

–       Ménisque médial (Interne) en forme de C.

–       Ménisque latéral (Externe) en forme de O.

                                            « CItrOEn »

 

— > Technique de l’analogie phonétique 

Vous devez penser à un ou plusieurs mots qui ont une sonorité proche.

Ex : Liste des 11 acides aminés essentiels ?

Leucine, Thréonine, Lysine, Tryptophane, Phénylalanine, Valine, thionine, Isoleucine

« Le très lyrique Tristan fait vachement diter Iseult »

 

— > Technique à la lettre

Vous devez repérer les lettres identiques

Déficit en AcétyLcholine impliqué dans la maladie d’ALzheimer

Déficit en doPAmine impliqué dans la maladie de PArkinson

 

— > Technique de l’alphabet

La 1ère lettre d’une notion à mémoriser doit suivre dans l’alphabet la lettre de la seconde notion.

Ex : Dans la disomie uniparentale :

Non-disjonction en 1re division amène à une hétérodisomie.

Non-disjonction en 2ème division ammène à une isodisomie.

« a b c d e f g H I » : Le H se place avant le I d’ou H = 1ère division et I = 2ème division

 

— > Technique des syllabes

On cmpte le nombre de syllabes pour retenirl’élément du cours.

Ex : L’ombilic (3 syllabes) et ombilique (4 syllabes)

L’ombilic se situe en L3/L4 et se trouve à 3 – 4 cm au-dessus du milieu du corps.

 

— > Les schémas et mind-maps

Très utile pour les personnes qui ont plutôt une mémoire visuelle de leurs cours.

 

Vous pouvez très bien utiliser ces phrases mnémotechniques quand vous faites vos fiches ou quand au bout de la 2-3ème répétition, vous n’arrivez toujours pas à retenir certaines notions.

Mais n’oubliez pas que ce sont vos propres phrases qui seront les plus efficaces et que ces phrases doivent être simples et courtes afin de ne pas encombrer votre mémoire déjà bien remplie.

Tristan

 

Leave a Comment

Filed under Non classé

Cultivez votre enthousiasme !

Vous avez surement déjà tous fait cette expérience : la fois où vous aviez eu 19 en histoire à un devoir sur Napoléon parce que quand vous aviez 8 ans vous étiez un grand fan de Napoléon.

 

Le cerveau humain est doté d’une étonnante capacité de mémorisation, et cette capacité devient encore plus importante et efficace lorsqu’elle est exploitée avec enthousiasme. Reconnu par des études scientifiques comme étant l’un des véritables moteurs de l’apprentissage, l’enthousiasme permet d’utiliser et d’exploiter au maximum ses capacités d’attention et de mémorisation.

Il s’agit là d’un point fondamental de l’apprentissage, c’est même le point le plus simple à mettre en place. On peut dire que l’enthousiasme, c’est enfantin.

 

Il a été démontré que le cerveau d’un enfant ou d’un adulte se développe là où il est utilisé avec enthousiasme. Des neurotransmetteurs se déversent dans notre cerveau quand nos centres neuro-émotionnels s’activent. La capacité à s’enthousiasmer d’un enfant est presque inépuisable contrairement à un étudiant en PACES, qui lui, a un peu plus de mal à s’enthousiasmer devant un cours de chimie organique sur les dérivés halogénés.

content

N’importe qui peut avoir en lui les caractéristiques du major, tout n’est qu’une histoire de passion et d’enthousiasme. Des quantités de cours de cytologie, d’anatomie, de biophysique se verront maîtrisés ou acquis bien plus rapidement si l’apprentissage est motivé par un certain enthousiasme, une certaine passion.

 

Même si je suis d’accord que l’apprentissage des formules de chimie organique n’éveilleront pas vraiment en vous un réel intérêt, vous pouvez néanmoins développer votre enthousiasme grâce à quelques stratégies simples :

  • Montrez-vous curieux.

On retient d’autant mieux que l’on est curieux !

Quand on apprend quelque chose, notre curiosité est stimulée à des degrés différents selon que telle ou telle information suscite notre intérêt.

Et cette curiosité va activer une sorte système désir-récompense qui va aboutir à une augmentation de notre activité cérébrale, et de cette façon, favoriser l’apprentissage.

En étant curieux, on favorisera la construction de réseaux neuronaux par lesquels véhiculeront et seront stockées les différentes notions apprises.

 

 

  • Soyez actif et mettez de la vie dans tout ce que vous faites.

 Des recherches ont montré qu’on retient environ :

  • 20% de ce qu’on lit.
  • 30% de ce qu’on entend.
  • 40% de ce qu’on voit.
  • 50% de ce qu’on dit.
  • 60% de ce qu’on fait.
  • Et 90% de ce qu’on voit, entend, dit et fait.

 

Pour augmenter notre enthousiasme et mieux apprendre, il faut donc combiner ces modes de perception :

  • Prenez des notes claires, propres, bien organisées, ajoutez de la couleur et des croquis.
  • Si vous avez déjà le poly du prof, effectuez une première lecture avant d’aller en cours.
  • Imaginez l’information : en anatomie par exemple, je m’amusais à visualiser mentalement le trajet des artères, veines et nerfs avec leurs différents rapports dans l’espace, et c’était très efficace.
  • Illustrez l’information par des schémas.
  • Si vous prenez vos cours avec votre ordi, essayez de rajouter des images pour illustrer vos notes.
  • Faites des mind-maps ou des fiches.
  • Faites des liens entre les nouvelles informations et celles que vous connaissez déjà.
  • Posez-vous et posez des questions aux autres.

On retient bien mieux quand ce qu’on mémorise constitue une réponse à une question que l’on s’est posée.

 

 

Bref, cultivez votre enthousiasme ! 😉

 

Tristan

 

3 Comments

Filed under Non classé

Croire en ses rêves !!

Réussir des examens sélectifs est accessible à tous. Vraiment. Il suffit d’y croire ! Facile à dire, mais ça n’en est pas moins vrai.

 

Arrêter de se trouver des excuses

Un des grands freins vous empêchant de réussir vos objectifs, c’est cette manie, qui touche de très nombreux étudiants, et qui consiste à se trouver des excuses. Arrêtez de parler de vos limites personnelles, de type : « j’ai toujours été nul en math », « c’est trop tard, je ne rattraperai jamais mon retard », « c’est trop dur, je n’y arriverai jamais » et commencez déjà à vous projeter vers la réussite comme s’il s’agissait d’une certitude ! Cette confiance en vous sera primordiale !

Dans la plupart des cas, nous surestimons les capacités des autres tout en sous-estimant les nôtres. Résultat : nous nous dévaluons progressivement et nous perdons confiance en ce que nous pouvons vraiment faire.

Rappelez-vous : la clé est la confiance en soi !

« 100% des choses qu’on ne tente pas échouent ». – Wayne Gretzk

 

Connaître ses acquis

S’il est vrai que vous devez connaître vos propres limites, n’ignorez pas pour autant vos qualités.

Pour découvrir vos forces, interrogez vos proches et même vos professeurs, et construisez la liste de vos 5 meilleurs qualités (mémoire, compréhension, matières fortes, etc…)

 

Pour la petite histoire, quand j’étais en première année de médecine, quelques-uns me trouvaient prétentieux de dire que je passerai primant alors que je n’avais qu’un petit bac S sans mention, et eux une mention TB. Une voisine d’amphi m’a même laissé un jour un post-it avec marqué ‘’on en reparle dans 6 mois’’. Ce post-it, je l’ai toujours avec moi 5 ans après, car je trouve que c’est un bon symbole de ma première année…

IMG_0222

 

6 mois plus tard, l’auteure du post-it devait se réorienter après deux P1, et moi j’étais en 2ème année.

Ne jamais partir déjà vaincu

 Des milliers d’étudiants ont réussi avant vous, et des milliers y arriveront après vous. Alors pourquoi ça ne serait pas votre tour cette année ?

Vous avez de la chance en plus, ces années difficiles tombent dans les plus belles années de votre vie.

Donc prenez vos responsabilités, ne vous cherchez pas d’excuses, sortez de votre zone de confort, demandez-vous comment vous pourriez agir autrement pour progresser, soyez à l’écoute des idées des autres, posez-leur les bonnes questions, et surtout, bannissez le mot « impossible » de votre vocabulaire !

« Dans vingt ans vous serez plus déçus par les choses que vous n’avez pas faites, que par celles que vous avez faites. Alors, sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. » – Mark Twain

Vous verrez, vous passerez forcement par des moments où vous aurez envie de tout plaquer.

Ce sont des moments très durs, où vous perdrez de vue vos rêves et vos objectifs (j’en ai fait l’expérience) mais c’est normal car la motivation fonctionne ainsi.

C’est donc dans ces moment-là qu’il ne faut rien lâcher et qu’il faut persévérer

Je suis d’accord avec vous, la médecine c’est la galère et je sais que vous faites des sacrifices, mais sachez que beaucoup d’étudiants y sont passés avant vous et que beaucoup d’autres y passeront après, donc prenez du recul là-dessus.

 

Savoir se projeter

Pour mener un projet à bien, il est important de savoir exactement où l’on veut aller. C’est essentiel pour la motivation. Pour se mettre en condition, on peut s’imaginer réussir. On se visualise en ayant atteint son but et on essaye de ressentir les émotions une fois l’objectif atteint. Grâce à cet exercice de projection, on peut avoir une idée des situations concrètes que l’on pourra vivre et les effets que ce nouvel état aura sur nous. Par exemple, on peut s’imaginer passer primant en 2ème année de médecine, en dentaire ou sage-femme, et d’un coup, on ressent de la fierté, de la joie et de l’envie… la machine est lancée !

 

Tristan

Leave a Comment

Filed under Non classé

La Mind-map en PACES.

La mind-map constitue un outil extrêmement efficace quand vous apprenez un cours. Elle permet l’extraction et la mémorisation des informations contenues dans n’importe quel cours. En plus, il s’agit d’une méthode amusante, créative et logique pour prendre des notes en cours mais aussi réciter un cours car cette méthode vous permet littéralement de « cartographier » votre réflexion sur un cours.

 

L’utilité d’une mind map ?

L’élaboration d’une mind-map permet de transformer une longue liste de données rébarbatives (les différents groupes musculaires et muscles constituant l’articulation de l’épaule, liste d’éléments en cyto, …) en un diagramme attrayant, coloré, logique et hautement structuré, en harmonie avec le fonctionnement naturel du cerveau.

La carte peut être dessinée en utilisant simplement une feuille de papier et des crayons de couleurs.

Organisation des idées

Une mind-map se construit comme suit : avec au centre le thème ou sujet de la mind-map en image et en mots, par exemple :

–       Le thème principal abordé par le professeur ce matin ;

–       Une sous-partie du poly de votre cours ;

–       Le chapitre sur le membre supérieur en anatomie par exemple…

Depuis ce centre, des branches en couleur irradient dans toutes les directions en portant les idées principales sous forme de dessins et de mots-clés. Ces branches irradient à leur tour vers des idées secondaires, en image et mot-clé, etc.

Quand l’utiliser ?

La mind-map, que l’on appelle aussi carte heuristique, a de nombreuses applications potentielles quand vous étudiez. Ses possibilités incluent :

  • La prise de notes ;
  • La remise en forme de ces notes après un cours ;
  • La récitation d’un cours par l’épreuve de la feuille blanche ;
  • L’aide au résumé et la révision rapide d’un cours ;
  • L’identification de mots clés ;
  • La visualisation d’organisation d’un ou plusieurs cours ;
  • L’aide à l’apprentissage mnémotechnique par l’association d’idées et par la mémoire visuelle et spatiale.

Avec cette méthode, vous créez, organisez et concevez mieux ou davantage, plus vite et plus facilement, les informations d’un cours dans votre mémoire. La maîtrise d’un cours vous est assurée par la coexistence de la vue d’ensemble et des détails !

Chaque hémisphère du cerveau possède des capacités dominantes. Or notre éducation et notre culture privilégient fortement le développement et l’expression des facultés de notre cerveau gauche, considérant celles du cerveau droit comme réserver aux artistes et aux enfants.

Pratiquer le mind-mapping, c’est exploiter harmonieusement les facultés de vos deux hémisphères et favoriser l’associations des informations.

 

7 règles pour construire une mind-map

 

Le matériel

Le matériel est choisi pour sa qualité et le plaisir qu’il procure à son utilisation.

Aimer son matériel est d’une importance considérable pour un artisan. Il en est de même pour vous quand vous concevez une mind-map. Vous avez tous des stylos ou des crayons qui vous donnent plus envie d’écrire que d’autres.

Papier, cahiers, classeur, crayons, feutres … tous doivent être de qualité pour que vous ayez toujours envie de créer une mind-map.

 

Mode paysage

Il s’agit ici de ne pas contrarier le fonctionnement naturel de votre cerveau. La feuille de papier sera donc orientée dans le sens panoramique (ou paysage), car on a une vision plus large que haute. Les écrans de cinéma, de télévision et d’ordinateur ont adopté depuis longtemps ce format.

La feuille utilisée sera de préférence sans lignes et sans carreaux. Pour que cette méthode soit efficace il faut partir d’un support le plus neutre possible pour ne pas influencer la création des idées.

Le format peut être du A4 comme du A3.

 

De la couleur

L’objectif de l’utilisation de la couleur dans votre mind-map est triple :

  • Elle permet d’homogénéiser les informations en leur donnant une teinte identique.
  • Elle permet aussi de différencier les informations entre elles par une couleur différente.
  • Et enfin, elle stimule la mémorisation des informations par l’association des idées avec les couleurs.

 

Le centre

Le centre de la mind-map est beaucoup plus qu’un simple titre informatif. Il doit être vivant et parler au ‘’cerveau droit’’, l’hémisphère de l’imagination, de la création … c’est la raison pour laquelle :

  • Il doit être ouvert. Il ne doit pas être enfermé dans un cercle ou un encadré.
  • Ajoutez une image plutôt qu’un mot. Cette image doit représenter le thème de la carte, et doit vous inspirer et permettre de vous projeter.
  • Pour des raisons pratiques, le cœur de votre mind-map doit être bien au centre de la feuille pour que les branches puissent être ramifiées tout autour de façon équilibrée. Pour un format A4, il doit mesurer à peu près 5cm x 5 cm.

 

Les ramifications

Les branches qui irradient du thème doivent former des ramifications comme celles d’un arbre car des flèches ou des lignes évoqueront instantanément une conduite à tenir ou une procédure.

Ramifier une mind-map permet le cheminement des idées, plus les idées et informations se suivent, plus vous avancez. La carte se créer à force de tâtonnement car vous ne savez pas encore ce que vous allez trouver, vous procéderez ainsi par essai, erreur et réajustement.

 

Choisir les mots

Tout d’abord, une branche = un seul mot. Pourquoi ? Parce qu’un seul mot permet de ne pas nous enfermer dans quelque chose de définitif comme avec une phrase par exemple. Un bonne mind-map, c’est quelque chose d’expansif et non de fermé.

Cependant, il peut être intéressant de prendre une phrase dans sa totalité. Dans ce cas, donnez à la phrase un caractère homogène et transformez-la en matériau en l’entourant d’une bulle, ou bien d’un rectangle s’il s’agit d’une formule de biophy par exemple.

Votre écriture doit être très lisible. Vous pouvez très bien utiliser des polices de différentes tailles. Un simple regard doit vous permettre de vous repérer facilement dans la map.

 

Choisir les pictogrammes

Ils doivent être simples et évocateurs. Pas besoin de posséder des talents de dessinateur pour faire une bonne mind-map.

Il vous faut bien comprendre l’utilité d’un pictogramme. Le principe de la méthode, qui est l’association d’idées, repose en grande partie dans ces fameux pictogrammes. Ce n’est pas pour rien que l’on dit souvent qu’une image vaut mille mots.

Ces pictos ne représentent pas l’information, ils permettent d’accéder aux informations que vous avez en mémoire. Un peu comme pour un ordinateur, vous savez tout de suite repérer le picto d’un logiciel. Il vous permet d’accéder au fichier, mais lui même n’est pas le contenu.

Les pictogrammes dans une mind-map ont donc plusieurs utilités :

  • Ils vous font gagner beaucoup de place par leur pouvoir évocateur.
  • Ils permettent un repérage rapide de l’information.
  • Mais surtout, ils stimulent votre mémoire grâce au principe de l’association d’idées.

 

Intérêts des mind-maps à main levée

Il existe de nombreux logiciel et applications pour la création de mind-map. Pour moi, ces applis sont à proscrire. Trop souvent basique, elles enferment votre esprit et imagination sur un schéma structuré et dicté par le logiciel. Rappelez-vous, une bonne mind-map doit être le fruit de votre imagination, et surtout pas d’une quelconque aide externe !

 

Pour résumer, voici une petite carte qui montre les différentes règles et étapes, évoqués ci-dessus, pour l’élaboration d’une mind-map efficace :

mind map du mind mapping

 

Tristan

Leave a Comment

Filed under Non classé

Méthode des Q/R ou cartes mémoires.

La méthode de Leitner se base sur les cartes mémoire, que j’appelle aussi, la méthode des Questions/Réponses, qui se présentent généralement sous la forme de feuilles cartonnées avec, au recto, une question sur l’information à apprendre et, au verso, l’information proprement dite.

 

Principe de la méthode

En appliquant cette méthode à vos cours, cela revient à vous poser des questions sur le contenu que vous cherchez à apprendre, à la manière d’un QCM au recto du carton et de sa réponse (l’information que vous voulez mémoriser) au verso.

Cette méthode est très efficace car, un peu comme le jeu Trivial Poursuit, elle permet de s’auto-évaluer de manière ludique, sous la forme de questions.

 

Space-Learning

Dans le système de Leitner, les cartes mémoire sont rangées dans trois ou cinq boîtes différentes, par ordre croissant de connaissance. Dans la première boîte, on met donc les cartes que l’on vient d’apprendre et que l’on ne connaît pas très bien et dans la dernière, celles dont on se souvient parfaitement. Ce système utilisant la répétition espacée, on va donc réviser très fréquemment (tous les jours) les cartes de la première boîte, moins celles de la deuxième (tous les 4 jours) et ainsi de suite (la 3ème boite tous les 10 jours, la 4ème tous les mois, la 5ème tous les 6 mois)

Capture d’écran 2017-02-13 à 08.36.56

A chaque révision, si on reconnaît avec succès la carte, on la fait passer dans la boîte suivante. Si ce n’est pas le cas, on la remet dans la première boîte ou dans la boîte précédente.

En fin de compte, le but est bien entendu de faire passer toutes les cartes dans la dernière boîte et de faire en sorte qu’elles y restent. Au bout de plusieurs répétitions de plus en plus espacées, les informations finissent par passer dans la mémoire à long terme.

 

Ajout d’un barème de point

Cette méthode peut même devenir encore plus ludique si vous ajoutez à cela des points pour chaque question. Vous aurez alors la possibilité d’avoir une note totale que vous pourrez reporter sur votre tableau de bord et ainsi voir votre progression au fil des répétitions.

Personnellement, je me note sur 100. Si mon cours fait 202 points et que j’ai obtenu 130 points, je fais le calcul suivant pour avoir une note sur 100 : 130/2,02 = 64%.

Mes notes varient de 40 à 60% lors du J0, pour atteindre 60-70% à J3 et 80-90% à J10.

 

Exemple avec un de mes cours de pédiatrie et d’obstétrique :

 

Q : Quelles sont les pathologies que l’on dépiste à la naissance par le test de Guthri ? (7 points)

R :

  • Mucoviscidose
  • Hypothyroïdie
  • Déficit en MCAD
  • Hyperplasie des glandes surrénales
  • Hypothyroïdie
  • Phénylcétonurie
  • Drépanocytose (chez les nouveau-nés à risques)

 

Q : Quelles sont les familles de médicaments à risque tératogènes ? (9 points)

R :

  • Dérivés de la vitamine A
  • Thymorégulateurs
  • Anticoagulants oraux
  • Antithyroïdiens de synthèse
  • Chimiothérapie (MTX)
  • Analogue de la prostaglandine
  • Antiépileptiques
  • Immunosuppresseur
  • Virostatiques

 

Exemple avec un de mes cours d’anat de PACES : 

Q : Quelles sont les différents os du carpe ? (9 points)

R :

  • La première rangée comprend de dehors en dedans : le scaphoïde, le lunatum, le triquetrum, le pisiforme ;
  • La deuxième rangée : le trapèze, le trapézoïde, le capitatum, l’hamatum et l’hamulus de l’hamatum.

 

 

Limites et Solutions

Un système en théorie efficace, difficilement utilisable en pratique

 

Limite de la méthode 

C’est une technique très puissante, car adaptée au fonctionnement de notre cerveau. Cependant, elle présente un inconvénient de taille : elle est extrêmement complexe à mettre en œuvre niveau organisation.

Pour l’appliquer correctement, il faudrait logiquement calculer, pour chaque carte mémoire, la durée nécessaire entre chaque répétition, puis établir un planning précis de vos futures révisions. Ce qui est très difficile à réaliser.

 

Solution

Mais heureusement, il existe des logiciels et des applications cumulant la répétition espacée et la méthode des Questions/Réponses : ces applis ont pour avantage de calculer les bons intervalles de répétition et se chargent de la planification des répétitions dans votre agenda.

 

Avant, j’utilisais Supermemo mais depuis 1 ans j’utilise un autre logiciel beaucoup plus intuitif : 

  • Anki :

C’est sans doute le plus connu, Anki a l’avantage d’être extrêmement modulable et permet de créer ou d’importer ses propres paquets de cartes mémoire. La création de cartes est assez riche, puisqu’il est possible d’y ajouter des sons ou des images. Le service AnkiWeb permet de réviser depuis divers appareils ayant accès à Internet.

Anki a en revanche l’inconvénient d’être assez rudimentaire : il est simple et efficace, mais n’est pas très bien présenté.

C’est une application extrêmement redoutable quand on la maîtrise bien en PACES (mais aussi après).

Je vous ferai un prochain post sur cette application miracle 😉

 

Tristan

Leave a Comment

Filed under Non classé

Pyramide de la réussite (suite)

PYRAMIDE

 

12. Adaptabilité

L’adaptabilité est la possibilité d’ajuster ou d’être malléable en fonction de la situation. Rien de pire qu’un étudiant qui ne voit pas les signes évidents. Même si ses résultats sont mauvais, il est incapable de faire le moindre changement. Cessez d’être têtu, soyez ouvert, et remettez vous en question. La souplesse d’esprit est importante dans la vie comme dans vos études.

 

13. Autodiscipline

L’autodiscipline est la capacité de résister à la tentation et d’éviter les distractions. Une personne qui aura une forte autodiscipline maintiendra le cap et tiendra la distance. C’est votre détermination, votre mental, qui vous permettra de ne pas abandonner et de tenir pendant les moments difficiles.

« La maîtrise et l’excellence s’acquièrent par la persévérance dans le travail, la pratique, la répétition et la concentration, dans un long processus d’apprentissage. » – Didier Court

 

14. Patience

“Le succès est la somme de petits efforts, répétés jour après jour” – Leo Robert Collier

Dans notre société, les gens sont impatients. Ils veulent trop et trop vite.

Ils ont perdu de vue que, dans la vie, les choses prennent du temps. Généralement, plus la récompense est grande, plus il faut du temps pour l’obtenir. Avancez étape par étape, centimètre par centimètre, et ce, jour après jour. Une fois que tous ces petits efforts, ces centimètres, seront mit bout à bout, vous obtiendrez ce que vous méritez. 

centimètre par centimètre

15. Entourage

Votre entourage joue un rôle sur votre vie et vos études, il est donc important d’avoir des amitiés fortes et de bien s’entourer.

Au contact de personnes dynamiques, travailleuses et joyeuses, on aura naturellement tendance à être plus motivé, plus enclins à progresser. Si au contraire vous est au contact de gens mous, avec une vision négative des études et de l’avenir, votre motivation et vos ambitions seront revues à la baisse.

Il est important que les gens qui vous entourent vous tirent vers le haut.

 

 

16. Esprit d’équipe

L’esprit d’équipe est très important, car il permet le dépassement de soi pour les autres. Cet esprit d’équipe permet une cohésion et une motivation sans faille. Quand vous travaillez en petit groupe, vous y mettez plus du votre que si vous travaillez seul. En motivant les autres, vous vous motiverez de façon plus forte et plus durable.

« Le meilleur moyen d’atteindre son objectif, c’est d’aider les autres à atteindre le leur ». – Johnny Wilkinson

 

17. Travail des points faibles

Nous devons tous mettre l’accent sur le renforcement des compétences dans des domaines qui sont nos points forts mais aussi, et particulièrement, mettre l’accent sur le fait de progresser sur nos fragilités.

Oubliez le mythe du talent. Il ne faut pas croire que certaines personnes sont nées avec des dons naturels, qu’ils apprennent et réussissent mieux que vous. C’est faux !

Une étude sur les musiciens britanniques a constaté que les meilleurs interprètes n’avaient pas appris plus vite que les moins bons. Les différents groupes se sont améliorés à des taux presque identiques. La différence était simplement que les plus performants avaient pratiqué de nombreuses heures de plus que les autres.

 

 

18. Esprit de compétition

S’il est une qualité qui contribue à élever la productivité et la rentabilité dans son travail, c’est bien l’esprit de compétition. Avoir l’esprit de compétition, c’est tout mettre en œuvre pour réussir, c’est vouloir gagner et se battre pour réussir.  Cette volonté de performance est bonne en soi.

Forgé dans l’envie, la niaque, un soupçon d’orgueil, un zeste d’égo et de la passion aussi, cet esprit se trouve plus ou moins en chacun d’entre nous.

Il peut servir de modèle pour ceux qui trouveront une impulsion, une motivation pour réussir. L’esprit de compétition peut être aussi un bon stimulant car il pousse à l’action, à la réalisation, à l’accomplissement d’une tâche. Que ce soit à la fac ou ailleurs, la volonté de performance peut apporter des résultats considérables.

 

19. Sincérité

Sincère avec les autres, mais aussi avec soi et dans son travail.

Ne vous laissez pas avoir par la paresse. Vous êtes certains de connaître votre cours, pas besoin de le revoir ? Soyez honnête avec vous même, et récitez-le pour être sûr. Ne vous mentez surtout pas. Prenez vos responsabilités sans vous cherchez d’excuses. Mettez votre fierté de côté et admettez avoir tort ! Il faut savoir rester humble quand on apprend.

20. Avoir la foi !

C’est un mélange de motivation, de sérénité, de confiance en soi, de confiance en son travail et de pensées positives !

 

IL L’A DIT

Petite interview de Nadal dans l’Equipe du 17/05/2014  après son retour de sa blessure au genou, qui, je trouve, illustre bien cet état d’esprit :

« Vous parliez d’anxiété lors de vos derniers matches, d’être un peu rattrapé par votre stress. Mais face a Andy Murray ce soir, cela avait disparu ?

Nadal : Oui, je n’ai eu aucun sentiment négatif durant ce match.  Jusque-là j’avais dû beaucoup me battre avec moi-même, j’avais beaucoup douté mais ce soir, j’ai très bien joué.

C’est parce que je pensais positivement, parce que je me disais que j’allais réussir à le faire, parce que j’avais enlevé toutes les ondes négatives des jours précédents. C’est la seule chose à faire. Et c’est la seule façon d’avancer. »

Dans vos études, comme partout ailleurs, il faut chasser vos ondes négatives et penser positivement ! Avoir confiance en soi et en ses valeurs, ne pas douter de vous et de votre travail : AVOIR LA FOI ! C’est comme ça que vous y arriverez ! J’en suis convaincu.

 

21. Gratification différée

Le Test du marshmallow 

C’est une étude sur la gratification différée conduite sur près de 500 enfants en 1972 par le psychologue Walter Mischel de l’université Stanford.

L’expérience du marshmallow est simple. Un enfant est assis sur une chaise et devant lui se trouve une table sur laquelle on retrouve deux assiettes. Dans la première, se trouve une friandise/récompense que l’enfant aura choisie au préalable (souvent un marshmallow). Dans la deuxième assiette, il y a deux friandises. On explique ensuite à l’enfant que si à tout moment il appuie sur le bouton d’une sonnette placée devant lui, il pourra obtenir l’assiette contenant un marshmallow. Par contre, s’il patiente jusqu’au retour du moniteur 15 minutes plus tard, il pourra obtenir l’assiette contenant deux marshmallows. Ensuite, le moniteur de l’expérience sort de la pièce et laisse l’enfant seul avec la tentation. On mesure ensuite le temps durant lequel l’enfant pourra tenir sans céder à l’envie de manger la friandise.

Quelques années après avoir débuté ces expériences, Mischel remarqua un phénomène intéressant : les enfants qui ont patienté jusqu’au retour du moniteur et obtenu les 2 marshmallows réussissent mieux dans la vie.

À l’enfance, leurs résultats scolaires sont supérieurs. À l’adolescence, ils atteignent un niveau de scolarité supérieur. Vers la trentaine, leur indice de masse corporelle est plus bas et leurs revenus plus élevés. Tous les indicateurs observés démontrent que le temps d’attente de l’enfant est corrélé à ses accomplissements dans sa vie future.

Ce test, c’est surtout une expérience qui permet de mesurer, selon le jargon des chercheurs comportementalistes, la sensibilité à la gratification différée : c’est à dire la capacité d’un individu à retarder l’obtention d’une récompense pour augmenter son montant.

Plus on attend, plus on gagne. C’est tout le contraire du vieux dicton “un tiens vaut mieux que deux tu l’auras”. Là, c’est “un tiens vaut moins que deux tu l’auras”. En acceptant d’attendre 15 minutes pour avoir un 2e marshmallow, l’enfant qui attend a démontré qu’il préférait faire un petit sacrifice dans le présent pour obtenir un bénéfice accru dans le futur.

Pour les études, c’est pareil. On commence par le sale boulot : apprendre ses cours, faire des exercices, revoir ses cours, etc. On sacrifie du temps que l’on pourrait utiliser pour faire autre chose (regarder la télé, profiter du beau temps, faire la fête, etc…). Mais tout ce temps que l’on utilise pour travailler et progresser, porte un jour ses fruits, et c’est là que ça devient gratifiant. Car la persévérance et le travail finissent toujours par payer ! 😉

 

Tristan

Leave a Comment

Filed under Non classé

Pyramide de la réussite

Pour résumer toutes les principales qualités à rechercher pour réussir en PACES, je me suis amusé à faire une ‘’pyramide de la réussite’’ en m’inspirant de la pyramide du succès de John Wooden. L’objectif n’est pas de toutes les avoir, mais d’essayer de les rechercher au quotidien.

L’entraîneur de basket John Wooden est considéré comme un des plus grands entraîneurs aux États-Unis, tous sports confondus. Il a décrit dans son livre, les différentes « conditions » de sa pyramide du succès. En m’inspirant de sa pyramide du succès, je vais vous décrire les 21 conditions pour bien réussir en PACES !

PYRAMIDE

1. Planification

Contrairement au lycée, la planification est essentielle en première année de médecine. La planification, c’est le point de départ de tout ! Sans elle, il n’y a pas de repère, il n’y pas d’étape. C’est en quelque sorte votre GPS. La planification (ou l’organisation), c’est le fait de prévoir dans son agenda l’apprentissage, la remémoration, l’entrainement d’un cours. Mais la planification ne se limite pas qu’aux cours, vous devez aussi planifier du temps pour vos loisirs.

 

2. Action

Rien ne peut remplacer le travail.

L’action, est extrêmement importante car elle découle de la planification. C’est le fait d’accomplir les taches que vous vous étiez fixés, dans le délai imparti. Ça paraît simple dit comme ça, mais combien d’étudiants remettent l’action à plus tard et au final ne font rien.

 

3. Motivation

Réussir les objectifs que l’on se fixe, ce n’est pas une question d’intelligence, mais une question de motivation ! Avec de la motivation vous pouvez déplacer des montagnes.

La motivation est essentielle pendant vos études. C’est le moteur qui vous fait avancer car c’est elle qui vous permettra de puiser dans vos capacités et vos forces pour atteindre un objectif.

 

4. Enthousiasme

L’opinion commune veut que le travail passe avant le plaisir, ou que l’on ne mélange jamais les deux. Votre meilleur carburants en PACES, c’est votre enthousiasme.

Si vous voulez réussir dans vos études, vous devez aimer de ce que vous faites. Si vous éprouvez du plaisir, vous serez enthousiastes à ce sujet. L’enthousiasme nous permet de travailler avec plus d’ardeur, et ce, plus longtemps pour atteindre une capacité de travail sans limite.

 

5. Sérénité

La force tranquille ou la sérénité, est une qualité importante à avoir dans vos études. L’étudiant serein c’est celui qui est sérieux et qui se donne les moyens de réussir. C’est quelqu’un qui s’accorde du temps pour ses loisirs, qui gère bien son stress et qui est confiant car conscient du travail qu’il a déjà accompli. C’est aussi quelqu’un qui ne perd pas de vue le chemin qu’il lui reste à parcourir pour atteindre ses objectifs.

 

6. Équilibre

Le maintien d’un équilibre de vie sain est vraiment important quand vous bossez. Beaucoup d’étudiants me demandent s’ils doivent arrêter leurs activités extra-scolaires pour pouvoir travailler plus. C’est une très mauvaise idée de se priver de ses loisirs car quand vous travaillez dur, vous avez besoin de vous changer l’esprit. Cet équilibre travail-loisir sera déterminant dans votre réussite en mai. Si vous faisiez du piano au lycée, de l’équitation, du tennis, du dessein, etc… vous devez continuer car c’est important pour votre équilibre ! 😉

 

7. Confiance en soi

Pour réussir, il suffit d’y croire ! c’est facile à dire, mais la confiance en vous et en votre travail, c’est hyper important. L’estime de soi, c’est avoir une juste conscience de sa valeur, c’est faire preuve d’une lucidité bienveillante envers soi et les autres, c’est se montrer fier de ce que l’on a déjà accompli malgré les obstacles.

La confiance en soi dans les études accroit à mobiliser notre potentiel et permet de se relever plus facilement d’un mauvais pas. Elle nous donne le sentiment de comprendre se qui nous arrive et de transformer les choses à notre avantage. Dans les moments de confiance, tous les événements susceptibles de nous rendre optimiste affluent dans l’esprit alors que tout ce qui peut nous déprimer est rejeté de la conscience.

Pour atteindre vos objectifs, vous devez fortement croire en vous, croire que c’est possible. Et cette confiance en soi viendra de votre préparation et de votre manière de percevoir les difficultés.

 

8. Ambition

 « On ne devient pas champion dans un gymnase. On devient champion grâce à ce qu’on ressent ; un désir, un rêve, une vision ». – Mohammed Ali

Vous allez comprendre, au cours de vos études, qu’il est essentiel de voir grand. Ce sont vos rêves qui sont à la base de vos grandes réussites. Soyez extrêmement ambitieux !

 

9. Initiative

Lorsque vous accomplissez du travail supplémentaire sans qu’on vous le demande, vous faites preuve d’initiative. Deux questions essentielles qui peuvent se poser quand vous êtes en PACES :  Que puis-je faire d’autre ? Quels sont les supports d’exos de biophy que je dois utiliser pour être plus performant dans cette UE ? Vous devez cultivez cette capacité à prendre des décisions et à penser seul, et ce, quoi qu’en dise les autres. Vous devez être ouvert et prêt à prendre des risques ! 😉

Prendre des risques, c’est pousser l’initiative à un niveau supérieur. Cela veut dire essayer quelque chose de nouveau, même si vous n’êtes pas tout à fait sûr du résultat.

LE SAVIEZ-VOUS ?

L’initiative crée l’élan. Mikhail Tal, le grand maître d’échecs, avait un jeu tactique, dynamique. Il n’avait pas toujours la meilleure position sur le plateau, mais gagnait de nombreux matchs parce qu’il arrivait à surprendre son adversaire en n’hésitant pas à prendre des risques et à faire des sacrifices.

10. Échecs 

« L’échec est le fondement de la réussite ». – Winston Churchill

La culture de l’échec fait partie intégrante de la réussite. C’est parfois à la suite de nombreux examens ratés que l’on y arrive. Voyez la réussite comme une partie de puzzle où vous devez assembler petit à petit les morceaux. Il est très rare d’y arriver du premier coup.

 

11. Introspection

« Le succès ne peut être atteint qu’après une succession d’échec et d’introspection ». – Soichiro Honda

L’introspection est la capacité à se remettre en cause. S’il est naturel voire nécessaire de « rater », l’essentiel serait donc de savoir apprendre de vos échecs et de s’en relever. L’échec doit servir de révélateur d’une difficulté, d’une certaine fragilité, soit ponctuelle comme la perte de moyen lors d’un examen, soit plus profonde comme un problème de méthode de travail, de capacité de concentration ou de motivation. C’est votre capacité de remise en cause personnelle qui vous permettra de progresser !

 

Tristan

PS : Les prochaines cases de la pyramide de la réussite en PACES au prochain post 😉

Leave a Comment

Filed under Non classé