Optimisez votre externat avec les conseils de Gauthier Eloy, major ECN 2013 !

M.M : Bonjour Gauthier, quelle spécialité as-tu choisi d’exercer et pour quelles raisons ?

G.E : Chirurgie orthopédique et traumatologique à Paris

  • Spécialité chirurgicale
  • Grande diversité : membre sup, membre inf, rachis, pédia, chir prothétique, arthroscopie..
  • Réflexion pragmatique
  • Activité hosptalière ou libérale

M.M : Lors de ton externat à Strasbourg, quelle était ta journée type de travail ?

G.E : D2/D3 : stage plein temps :

  • Travail régulier en sortant de stage + WE (prendre de l’avance sur les cours +++)
  • Bimestre cours : idem, commencer tôt les cas cliniques (dès le début des items, soit dès la D1 à Strasbourg), fin D2 = toute la méthodo de réponse « de base » doit être acquise (justifier / donner un diagnostic, prescrire un traitement…)
  • Travailler dès le début en mode ECN : fuir les polys locaux (de plus en plus rares), travail dans un ouvrage pédagogique (+++), ne pas non plus renier tous les collèges (rhumato, néphro, pneumo, neuro…), ne pas se limiter au programme de la fac (apprendre d’emblée tous les items de la matière) mais se contenter du programme (déjà bien vaste) de l’ECN !

D4 : tous les items doivent être connus dès le début de D4 ; l’été D3/D4 doit permettre de se remettre à jour : items non vus, supports (fiches, livres…)

D’octobre à mars

  • Matin = stage (QS infra)
  • Après-midi = 13h45 à 19h : cas cliniques en variant les sources : cas cliniques de PUPH (collèges, tous les faire, attention aux collèges cachés sur internet) et cas cliniques réalisés par des internes (utiles pour la méthodologie de réponse)
  • Soir = 19h à 22H : LCA, sous colles, conf et  annales
  • WE = cours (1 à 2 matières) +/- conf

Avril/mai (plus de stage à Strasbourg)

  • Matin = cours (révision rapide)
  • AM = cas clinique / conf
  • Fin mai : penser à se reposer +++

M.M : D’après toi, y a t-il un intérêt à assister aux cours à la faculté ou travailler chez soi les ouvrages de préparation à l’ECN ?

G.E : A Strasbourg : quasi pas de cours magistraux mais TD (majoritairement cas cliniques)

  • TD : oui (si cas cliniques)
  • Cours magistraux : non (sauf prof réputé « ECN »)
  • Travail perso : INDISPENSABLE : aucun cours / conf ne remplace l’apprentissage et les cas cliniques : si pas le temps, miser sur son travail +++

M.M : Quel est ton avis sur les stages cliniques : y a t-il un véritable intérêt à y aller ? Que penses-tu des stages dits « planques » ?

G.E :

D2 : indispensable : année où l’externat est le plus intéressant (apprentissage de l’examen clinique, du mode de raisonnement hospitalier, garde…) : aucun intérêt des stages planques

D3 : idem, stage tranquille utile l’été +++

D4 : mode decrescendo : essayer dès janvier une semaine sur deux

En bref : les stages

  • Il faut penser ECN : un patient = un cas clinique potentiellement tombable (garde au SAU)
  • Pour apprendre en stage, encore faut-il y aller et être motivé (ne pas compter les heures en D2/D3) : ce qui est vu en stage sera gravé pour l’ECN (et pour la suite !)
  • Stage planque : aucun intérêt, perte de temps, de rythme et de motivation : arrangez-vous en D4 directement avec vos chefs, faites un planning de roulement, normalement, quand l’ECN approche, vous serez plus libres de rentrer (pour réviser +++)

M.M : Que penses-tu des concours blancs nationaux ? D’après toi, combien faut-il en faire et lesquels privilégier ?

G.E : INDISPENSABLE +++

  • Gestion du temps
  • Gestion du stress
  • Gestion de la méthodologie (élaboration du brouillon type, mise en application de la méthodo acquise dans les cas cliniques…)
  • Représentativité ? : oui en dehors de la Gaussienne

Nombre utile : 4

  • Revue du praticien en novembre (normalement, tous les item sont vus…) et mars : cher mais le plus pertinent (véritable collège de CCA / PH, dossier « intelligent », excellente organisation (cahier de réponse type ECN avec étiquettes et tout..)
  • Pour le reste : à voir en fonction de la région (Hippocrate / Hermes…) : servent juste à l’entrainement, mais dossiers peu pertinents (zéro débile et intombable pour un oubli de déclaration anonyme du VIH et j’en passe…)

NDLR : En savoir plus : les concours blancs nationaux, véritables test-ECN

M.M : As-tu suivi des conférences de préparation à l’ECN au cours de ton externat ? Quelles ont été les raisons de ton choix ?

G.E : Oui, très utiles, mais ne doivent pas être prioritaires sur votre programme de travail !!!

  • Celles de votre fac +++ : gratuites, pertinentes (des internes ou CCA voire PU) motivés, vrais spécialistes de la matière, et potentielles concepteurs des sujets de la banque. Ne pas négliger celles des D3.
  • Les conf privées : bon complément méthodologique, mais dossiers pas toujours pertinents. J’avais choisi Conf Plus (conf sur internet, permet de choisir ses horaires de conf, bonne mobilité, vérification éditoriale sérieuse… surtout en province où les conf physiques parisiennes viennent le samedi après-midi voire le dimanche…

M.M : Est-ce que tu gardais des activités extra-médicales ? Combien de temps pouvais-tu y consacrer ?

G.E : Oui, INDISPENSABLE

  • Vacances : 3 jours à Noël ; 4 jours au ski (max février) et quelques journées de temps à autre
  • WE : soirée du vendredi + samedi, parfois fin d’après-midi du samedi ou dimanche

et ne pas culpabiliser : prévoir le repos dans votre programme +++

M.M : Si tu devais donner 3 conseils à un étudiant qui prépare l’ECN, que lui dirais-tu ?

G.E :

1/ Bosser oui, mais INTELLIGEMMENT : privilégier la qualité à la quantité et réviser en étant rentable (pour chaque item, mots clés pour le diagnostic, le traitement, la physiopathologie, les ex complémentaires…) : si ça ne rentre plus, changez de thème ou faites une pause !

2/ Privilégier les cas cliniques (et ne pas négliger la LCA)

3/ L’ECN, c’est un marathon qui se prépare dès le 1e jour d’externat : il faut accumuler les connaissances théoriques (cours), pratiques (stage) et méthodologiques : à la fin de la D4, la majorité des externes ont les mêmes connaissances de base, la différence c’est votre travail de fond et votre méthodologie.

En un mot clé : REGULARITE !

Bon courage à tous, ça en vaut la peine (et ça passe trèèès vite !) 🙂

 

Be Sociable, Share!

1 Comment

Filed under Bon à savoir pour l'ECN...

One Response to Optimisez votre externat avec les conseils de Gauthier Eloy, major ECN 2013 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.