ECG aux iECN : à vous de jouer ! (4)

  • QCM 1 : Quelles sont les propositions vraies concernant cet ECG ?
  1. Il existe un trouble du rythme ventriculaire
  2. Il existe un trouble de la conduction auriculo-ventriculaire
  3. Il existe un trouble de la conduction ventriculaire
  4. Il existe un trouble du rythme supra-ventriculaire
  5. Le patient est tachycarde

Réponses exactes : 2, 4.

A RETENIR :

  • Si on s’intéresse aux pseudo-ondes P uniquement, on voit que la fréquence auriculaire est très élevée, aux alentours de 300 contractions auriculaires/minute. Il existe donc un trouble du rythme supra-ventriculaire
  • Si on s’intéresse aux pseudo-ondes P par rapport aux QRS, on voit qu’il faut 4 ondes P pour déclencher un QRS ; il existe un bloc atrio-ventriculaire dit « fonctionnel » de type 4 :1. Il s’agit d’une propriété physiologique du nœud AV qui ralentit sa conduction quand la fréquence auriculaire augmente : on parle de conduction décrémentielle. Le plus souvent dans ce cas elle est de type 2 :1 avec une fréquence auriculaire à 300 bpm « filtrée » pour obtenir une fréquence ventriculaire à 150 bpm. Dans le cas présent, le patient bénéficiait d’un traitement ralentisseur.

 

  • QCM 2 : Quel est votre diagnostic électrocardiographique ?

 

  1. Fibrillation auriculaire
  2. Flutter atrial
  3. Tachycardie ventriculaire
  4. Fibrillation ventriculaire
  5. Aucune des propositions précédentes n’est exacte

 

Réponses exactes : 2.

 

A RETENIR :

 

  • QCM 3 : Quelle est la physiopathologie du flutter atrial commun ?
  1. C’est un circuit de micro-réentrée
  2. C’est un circuit de macro-réentrée
  3. Le sens du circuit atrial est horaire
  4. Le sens du circuit atrial est anti-horaire
  5. Le circuit passe par l’isthme cavo-tricuspidien

 

Réponses exactes : 2, 4, 5.

A RETENIR : Cette physiopathologie explique que le traitement optimal du flutter est l’ablation par radiofréquence de l’isthme cavo-tricuspidien. Le flutter est un circuit organisé contrairement à la FA (flutter = macroréentrée – sens anti-horaire).

 

  • QCM 4 : Quelle est votre prise en charge chez un patient présentant l’ECG ci-dessus ?

Vous ne disposez pas d’information concernant le moment d’apparition de l’anomalie.

 

  1. Réalisation d’une échographie cardiaque
  2. Majoration du traitement bradycardisant
  3. Mise en place d’un traitement tachycardisant
  4. Mise en place d’un traitement antiagrégant plaquettaire
  5. Mise en place d’une anticoagulation efficace

 

Réponses exactes : 1, 5.

 

A RETENIR : La réalisation d’une échographie cardiaque est la règle en cas de flutter. L’anticoagulation permet de prévenir un événement embolique. Après 3 semaines d’anticoagulation efficace, la réduction du flutter pourra être obtenue par utilisation d’anti-arythmiques, par choc électrique externe, par overdrive (stimulation atriale de fréquence supérieure à celle du flutter).

L’ablation via radiofréquence est la seule méthode permettant l’éradication définitive du flutter.

 

 

Entraînez-vous sur les 30 ECG les plus tombables aux iECN :

ECG – 120 Questions Isolées

ECG 120 questions isolees

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Bon à savoir pour l'ECN...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.