Clément Cousin, interne en anesthésie-réanimation

M.M : Bonjour Clément, quelle spécialité as-tu choisi d’exercer et pour quelles raisons ?

C.C : Anesthésie – réanimation

– Polyvalence de la spécialité
– Travail d’équipe
– L’humain est au centre de la prise en charge
– Gestion de l’urgence : rapidité d’effet des thérapeutiques, aspect concret de la médecine
– Technicité, travail manuel
– Physiologie, physiopathologie, gestion de médicaments puissants
– Gestion de maladies graves et du risque / approche de la fin de vie
– Gardes et salaire
– Multiples façons de travailler et lieux d’exercices variés

M.M : Quelle est la maquette de ta spécialité ?

C.C : Durée de la maquette du DES : 10 semestres

– Validation de l’ensemble des 23 modules proposés par l’Institut d’Anesthésie – dont 5 modules communs aux DESC de réanimation médicale .
– Validation des contrôles de connaissance par des entretiens oraux aux 3ème, 5ème et 7ème semestres.
– Mémoire d’anesthésie-réanimation
– Thèse de Médecine

En ce qui concerne les stages, il est nécessaire d’effectuer :

En anesthésie :
– 3 mois en obstétrique
– 3 mois en orthopédie
– 3 mois en chirurgie thoracique ou cardiovasculaire.
– 3 mois en chirurgie du segment céphalique (ORL, stomato…) ou neurochirurgie.
– 6 mois en chirurgie générale et/ou urologie, gynécologique ou digestive.
– 6 mois : en pédiatrie

En réanimation :

– 6 mois : en réanimation chirurgicale
– 6 mois : en réanimation médicale en CHU ou dans un hôpital conventionné pour la réanimation médicale.
– 2 semestres au choix entre Samu, urgences, ualle de réveil ayant une unité de déchocage, réanimation pédiatrique, réanimation chirurgicale ou réanimation médicale, réanimation de chirurgie cardiaque, de neurochirurgie ou de chirurgie digestive ou 1 semestre d’anesthésie en neurochirurgie ou 1 semestre d’anesthésie en chirurgie cardiaque.

Et 2 semestres libres.

M.M : Pourrais-tu nous décrire ta journée type ?

C.C : En réanimation :  8h30 – 19H

Staff 8H30 à 9H30
Examen clinique, prescription des examens biologiques et d’imagerie, prescriptions médicamenteuses, visite de tout les patients du service et gestes techniques.
Déjeuner : heure variable

Entretien avec les familles, gestes techniques
Staff (inter réanimateurs ; équipe paramédicale ; bactériologie ; bibliographie ; réunion de morbi-mortalité)
Echange avec les différents spécialistes participant à la prise en charge du patient venant dans le service de réanimation/ Accompagnement permanent du patient pour transport intra hospitalier scopé (examens radiologiques : scanner…)

A tout moment : recrutement possible d’un patient en urgence

18h : Prise de la garde et transmission médicale entre collègues

En anesthésie : 7H15 – 17H30

7h15 – 7h 30 : Préparation de la salle (ventilateur, médicaments , dossiers ) ; Travail permanent avec l’infirmier Anesthésiste Diplômé d’Etat ( IADE ).
7h30 – 17h : Gestion d’une à 2 salles opératoires/jour :

– Induction de l’anesthésie : vérification de l’opérabilité, examen clinique + examen dossier médical rapide, mise en confiance et installation du patient
Anesthésie générale : perfusion ; intubation + ventilation mécanique (±pose de cathéter ± fibroscopie )
Anesthésie loco-régionale (orthopédie, maternité…) : ponction péri-nerveuse échoguidée ; gestion des médicaments ; connaissance de l’anatomie ; pose de rachi-anesthésie ou péridurale.
– Entretien de l’anesthésie : suivi de la chirurgie ; gestion de l’hémodynamique ; de la douleur ; échange avec les chirurgiens.
– Réveil : extubation, prescriptions post-opératoires, gestion des complications post-opératoires, suivi du patient

On réalise également en journée la plupart des consultations pré-chirurgicales : recherche de la meilleure technique d’anesthésie, information du patient, examen clinico-biologique, prescriptions d’examens complémentaires, réalisation du dossier d’anesthésie, évaluer la pathologie du patient et son état général.

Au cours de l’internat il est aussi possible de travailler dans un SMUR / SAMU, encadrer une mission humanitaire, encadrer des épreuves sportives…

M.M : Pourrais-tu nous décrire le déroulement d’une garde ?

C.C : Les gardes sont très formatrices, c’est la continuité de la journée en Réanimation ou Anesthésie
– Horaires : 18h – 9h
– Prise des transmissions médicales à 18h

En réanimation :

– Visite médicale de tout le service
– Accueil de nouveau(x) patient(s) avec examen clinique en réanimation ou dans tout service de l’hôpital faisant appel au réanimateur : comprendre efficacement et rapidement les défaillances organiques ( véritable enquête) et leurs étiologies , mettre en place une thérapeutique rapide et adaptée à chaque situation, gestes techniques (pose de cathéter artériel…), information du patient et de la famille.
– Réalisation du dossier médical du nouveau patient : pancarte, échographie, prescriptions médicamenteuses
– Gestion des patients du service
– Staff à 8h pour faire ses transmissions de la garde à l’équipe de jour
– Parfois nécessité de rédiger des comptes rendus post gardes
– Sortie du service entre 9h30 et 11 h .

Le repos de sécurité est généralement respecté dans notre spécialité (bien mérité !)

En anesthésie :

– Accueil du patient dans le cadre de l’urgence (polytraumatisé, chirurgie urgente)  : souvent pas de dossier d’anesthésie donc examen général du patient, réalisation du dossier médical, évaluation de la meilleure technique anesthésique, travail étroit avec l’équipe chirurgicale.
– Savoir travailler efficacement et gérer l’urgence
– Surveillance des patients en salle de réveil
– Transmission médicale au staff du matin
– Sortie du service à 9h

M.M : Quel classement faut-il avoir pour espérer pouvoir choisir la spécialité que tu exerces ?

C.C : Donner le meilleur de soi même ! Ces dernières années, jusqu’à 2400 à Paris, environ 1500 pour Lyon et Montpellier…

M.M : Comment sont organisés les cours théoriques de ta spécialité ? Est-il nécessaire de s’inscrire à des DU (Diplômes Universitaires) ou DIU (Diplômes Inter-Universitaires), si oui quels sont les plus intéressants ?

– Nombreux cours de qualité : possibilité d’assister aux cours en amphithéatre  ou sur internet à tout moment (cours filmés) : évaluation régulière sur internet pour valider les semestres.

– Nombreux DU (qui ne sont pas obligatoires !) : insuffisance circulatoire aiguë, maladies infectieuses, DU échographie générale ou cardiaque, ventilation artificielle…

M.M : Quels sont les points négatifs de ta spécialité ?

C.C :
– Une erreur peut se payer très vite et avoir des conséquences dramatiques
– Accumulation de fatigue
– Gestion difficile de la fin de vie
– Savoir tracer son parcours dans la grande diversité de choix d’avenir

M.M : Quels sont les différents modes d’exercice possible de ta spécialité ? Lequel privilégieras-tu ?

C.C :
– Réanimation (médicale, chirurgicale, polyvalente )
– Anesthésie (chirurgie générale, orthopédie, neurochirurgie, maternité, gynécologie, pédiatrie ), salle de surveillance post interventionelle, soins intensifs.

Il existe de nombreux lieux d’exercice, publics ou privés : CHU, CH, SAMU/SMUR, Urgences…
Je m’oriente vers la réanimation médicale (publique ou privée avec une part d’enseignement universitaire)  mais sans me fermer des portes dans les autres types d’exercice.
Je vous conseille vivement cette spécialité. Et n’oubliez pas : « soyez réalistes, demandez l’impossible »…

 

Be Sociable, Share!

2 Comments

Filed under A chacun sa spé, interview d'internes !

2 Responses to Clément Cousin, interne en anesthésie-réanimation

  1. Merci pour ce témoignage qui montre bien les différents aspects de la vie d’un interne en anesthésie-réanimation. C’est une spécialité difficile par les risques qu’elle engendre : heureusement, certains se lancent ! Mais quel rythme de travail, et quel courage pour ces médecins !

  2. Hélène

    Je pense que la plupart des étudiants (moi y compris) ont l’idée reçue que la réa est une spécialité technique avec un contact « réanimatoire » avec le patient sédaté ou intubé…hors en réalité, il y a une part de relationnel qui est tout aussi importante que dans les autres spés médicales: gérer les familles, les questions de fin de vie, et puis les patients en réa ne sont pas tous intubés ou ne le restent pas toute la durée du séjour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.