A quel lycée rêvez-vous ?

Sami et Maya aimeraient bien qu’il s’en occupe un peu du lycée. Ils ont eu une réunion mercredi avec d’autres lycéens-citoyens venant de partout en France … Ils ont réfléchi à une question importante : « Le lycée d’aujourd’hui, le lycée de demain … »

 On les prend pour qui les lycéens ?

Quand on lit les tonnes de promesses dans les discours de proviseurs et les projets d’établissements puis qu’on compare aux règlements intérieurs, on voit clairement que les lycées grugent leurs élèves…

Au lycée Jean Paul Sartre, les discours disent : Nous connaissons personnellement chacun de nos élèves… Le règlement précise : Chaque élève doit pouvoir prouver son identité à tout moment grâce à sa carte de lycéen dont il doit toujours être porteur…

Au lycée Antonin Duval. Discours : Chaque élève est traité avec bienveillance quelles que soient ses difficultés et ses résultats … Règlement : La persistance de mauvaises notes malgré l’aide des professeurs est passible du Conseil de Discipline…

Au lycée Anatole France. Discours : Les jeunes peuvent exercer leur esprit critique et nous développons le dialogue entre les élèves et les adultes. Règlement : Une élève ne doit jamais discuter les consignes que lui donne un professeur ou un autre membre du personnel.

Au lycée Casimir Perrier, Discours : Nous développons la responsabilité et l’autonomie de l’élève. Règlement : Les majeurs doivent se plier aux mêmes règles que les mineurs sans aucune exception …

 Un lycée de rêve, un rêve de lycée …

Dans la réunion des lycéens-citoyens, Sami et Maya ont participé à un atelier intitulé :  » Imaginez le lycée de vos rêves ». Certains jeunes, se sont lâchés (surtout ceux de seconde) . Un paper-board entier a été couvert de ratures, de renvois, de rajouts… etc. On pouvait quand même décrypter quelques idées…

-En classe de seconde, au premier trimestre, on essaierait les cours, puis au deuxième trimestre on choisirait les matières que l’on étudierait ensuite jusqu’au bac…

-Plus de classeurs que des tablettes et des ordinateurs.

-Des journées de 4 heures de cours et on travaillerait 4 jours par semaine.

Les contenus et la méthode des cours seraient sur internet avant, pendant et après les cours faits en classe par de vrais profs.

Les équipements pour l’EPS seraient dans le lycée, on ne se déplacerait plus.

-On ne ferait pas la queue à la cantine.

-Plus aucun devoirs ni contrôles. Des dossiers faits avec assez de temps et des documents (à rendre sur clé USB).

A méditer

Les notes ne veulent rien dire (et voilà pourquoi)…

Petite scène de la vie d’un lycée

Le prof d’histoire ne met jamais plus de 14/20. Au-dessus, il estime que le devoir serait parfait alors que la perfection n’existe pas. Il donne quatre devoirs par trimestre et fait la moyenne. Au moment du calcul, des points sont retirés aux élèves qui ne participent pas en classe. Le jour d’une interro, si l’on a une absence, même justifiée par un certificat de maladie, c’est un zéro d’office… Il refuse de donner un sujet de remplacement pour se rattraper. Quinze élèves qui font russe sont partis une semaine à Saint-Pétersbourg avec le lycée. Au retour, ils avaient perdu 3 points à la moyenne du trimestre. Les délégués de classe en ont parlé au CPE. Il a répondu de régler la question avec le prof principal qui nous a dit de se débrouiller avec le prof d’histoire lui-même…

Les professeurs se sentent obligés inconsciemment de mettre un certain pourcentage de mauvaises notes. Les enseignants s’arrangent toujours, sous la pression de la société, pour mettre un certain pourcentage de mauvaises notes. Cette production artificielle de résultats scolaires médiocres entraîne du découragement et du décrochage en fabriquant de mauvais élèves à partir de jeunes qui sont pourtant intelligents et qui ont des réelles capacités. André Antibi, de l’université de Toulouse, explique… « Quel que soit le niveau réel des élèves, les professeurs se sentent obligés de mettre des mauvaises notes pour être crédibles… Un professeur qui donne de trop bonnes notes est immédiatement pris pour un fumiste… ».

La notation au bac est une véritable loterie. Luc Ferry, ancien ministre de l’Education nationale, a déclaré le 13 juin 2008 dans le journal La Croix : « Comme ministre, on a accès aux enquêtes non publiées et je peux vous dire que les écarts de cinq à six points sont archi-fréquents, malgré les commissions d’harmonisation des notes. J’ai pu voir de mes propres yeux la même copie notée 3 par un correcteur et 17 par un autre ! ».

Interdiction aux professeurs de baisser la note ou de mettre un zéro à un devoir en cas d’absence ou de mauvaise conduite. La règlementation est précise. Un enseignant ne peut pas faire ce qu’il veut. Il n’est pas permis de baisser la note d’un devoir en raison du comportement d’un élève ou d’une absence injustifiée… Les zéros doivent également être proscrits.

La stratégie de défense

Quand de toute évidence un enseignant est particulièrement cruel dans sa manière de noter, les élèves ne peuvent compter que sur eux-mêmes. En général, les collègues du prof restent impuissants. Le plus souvent, le proviseur ne bronche pas de peur que le prof en question crée un conflit qui s’étendrait à tous les autres enseignants.
Il reste les associations de parents d’élèves. Leurs élus peuvent constituer un dossier avec la liste des fautes et autre mesquineries commises par le prof, en insistant sur sa manière de refuser d’appliquer les consignes du ministère. Ensuite, il faut communiquer cette plainte au médiateur de l’académie dont on trouve les coordonnées sur le site du ministère de l’Éducation nationale.

Test : votre lycée offre-t-il de bonnes conditions pour étudier ?

Petites scènes de la vie courante dans un lycée

Il  y a, quelque part  en France, un établissement qui est un
véritable cauchemar… Peut-on trouver pire ?  

     Au premier étage, un tronçon de quinze mètres de couloir est interdit aux élèves. Pour passer du labo de langues à la salle de sciences, ils doivent descendre dans la cour par l’escalier A, longer le préau, puis remonter par le B, en franchissant quatre portes coupe-feu. Motif : ils feraient trop de bruit s’ils passaient
devant la salle des profs qui se trouve justement sur le tronçon de couloir défendu.

     Autre exemple : Zoé s’est fait punir pour une histoire de toilettes. L’élève avait trouvé une astuce pour entrer en douce dans les seules du lycée absolument impeccables, du côté des bureaux de l’administration. Le nettoyage est garanti trois fois par jour, c’est propre et parfumé. Mais Zoé s’est fait surprendre en flagrant délit. Ce sont les toilettes réservées au personnel ! Depuis ce jour maudit, l’intendant
à fait placer un cadenas… Alors Zoé utilise de nouveau les W-C des élèves, sales, sans papier, puantes et avec des portes qui ne ferment pas !

En 2009, une enquête d’un ancien enseignant sur le moral des professeurs, Georges Fotinos, a montré que 17 % d’entre eux étaient en train de craquer tandis que 31% avaient envie de quitter le métier. En revanche, aucune étude sérieuse n’a été menée sur la démoralisation des lycéens. Les locaux, l’ambiance dans l’établissement, le règlement intérieur, l’organisation de la vie scolaire, le type de relation entre les adultes et les élèves, la façon de noter des profs, leurs appréciations dans le dossier scolaire, les propos tenus sur les élèves, etc. engendrent-ils une exaspération chez certains lycéens ? On ne sait pas…. Pour savoir si votre lycée offre une qualité de vie et de bonnes conditions d’études,
faites ce test.


Observez la vie, l’ambiance, le quotidien dans votre lycée puis posez-vous les
vingt questions ci-dessous et répondez par oui ou non

 (Abstention possible si vous n’avez pas d’avis sur la question)

1 – Dans le lycée, il existe des espaces de repos, des lieux de travail personnel, des endroits aménagés pour la détente : oui/non ;

2  – Les journées de classe ne dépassent jamais six heures de cours : oui/non ;

3 – Les élèves ont fréquemment une heure, voire plus, de trous dans la journée : oui/non ;

4 – La sonnerie est plutôt douce (n’est pas une sirène stridente ou assourdissante) : oui/non  ;

5 – Les intercours sont assez longs pour se déplacer sans précipitation entre deux salles et ne rognent pas les récréations: oui/non ;

6 – La pause repas dure au moins une heure (sans compter le temps d’attente dans la queue du self) : oui/non ;

7 – Tout lycéen qui le souhaite est aidé pour changer d’orientation, de filière, de voie et d’option, sans complication, sans répression, sans redoublement, dans son intérêt exclusif : oui/non ;

8  – Les élèves qui en ont besoin peuvent recevoir un soutien scolaire (aide, accompagnement, tutorat) ; dans leur établissement avec maintien dans leur classe, sans réorientation ou changement de lycée : oui/non ;

9 – Les adultes du lycée écoutent les élèves sans porter un jugement, en acceptant les échanges et la discussion : oui/non ;

10 – L’établissement traite tous les élèves de manière égale quelque soit leur sexe, leur âge, leur origine, leur milieu social, la situation de leurs parents ou leurs résultats scolaires : oui/non ;

11 – Globalement, les professeurs et les autres adultes rassurent les élèves, leur évitent le stress, n’exercent pas de pression excessive, favorisent des études sérieuses et paisibles : oui/non ;

12 – Les élèves qui ont besoin d’un certificat de scolarité, d’un document ou d’un renseignement administratif l’obtiennent dans des délais raisonnables : oui/non ;

13 – Des casiers ou un système de consigne permet de mettre à l’abri les affaires personnelles (livres, casques, vêtements de sport…) : oui/non ;

14 – Durant les conseils de classe, les délégués sont écoutés. Un professeur les aide à préparer le conseil avec leurs camarades. Un professeur leur donne la possibilité de faire un compte rendu par la suite à la classe : oui/non ;

15 – Les élèves ont un véritable droit d’affichage à des endroits visibles et bien aménagés : oui/non ;

16 – Les élus des élèves (délégués) disposent d’un local (d’un bureau) : oui/non ;

17 – Un élève non délégué peut obtenir rapidement un rendez-vous avec le proviseur sans que plusieurs personnes veuillent connaître le motif ou tentent de le dissuader : oui/non ;

18 – Les déplacements pour se rendre en EPS sont d’une durée acceptable. Les équipements sportifs sont propres et en bon état (vestiaires et douches compris) : oui/non ;

19 – Il y a une infirmerie. Le personnel y est accueillant et efficace : oui/non ;

20 – Les élèves peuvent entrer leur vélo, scooter et autres deux-roues dans le lycée durant les cours, dans un endroit sécurisé et abrité de la pluie : oui/non ;

Comptez les oui et reportez-vous aux résultats ci-dessous :

Entre 16 et 20 oui : Lycée offrant un excellent niveau de qualité et des conditions d’études très bonnes.

Entre 15 et 11 oui : Lycée offrant une bonne ou assez bonne qualité de vie et des conditions d’études acceptables.

Entre 10 et 6 oui : Lycée proposant une qualité de vie médiocre et faisant suivre des études dans des conditions désagréables.

Moins de 6 oui : Lycée imposant une mauvaise de qualité de vie et faisant faire des études dans de très mauvaises conditions.