Les perturbés climatiques de la seconde 6

Dans la salle des professeurs, une information découpée il y a trois ans dans un magazine syndical a été punaisée sur une porte de placard…

 « Le vendredi 15 février 2013, le ministère de l’éducation a lancé les rendez-vous de la vie lycéenne. Dès la rentrée prochaine, les élèves auront la parole et pourront faire des propositions et renforcer leurs moyens d’actions au sein de leur établissement… En attendant, une commission de grands spécialistes auditionnera des délégués des lycéens, des proviseurs et des parents d’élèves sur divers sujets dont un très important : le climat dans l’établissement… »

Deux ans après, elle semble toujours d’actualité… Continue reading

Il faut des preuves pour vous sanctionner

Au Lycée X, l’heure c’est l’heure avec Madame L., une des professeurs d’espagnol. Mais, pour Anaïs, élève de terminale, la ponctualité n’est pas vraiment une priorité. Elle arrive toujours quelques minutes en retard.

Impolitesse, manque de sérieux ; les retardataires dérangent le cours, c’est un manque de respect caractérisé ! Madame L. lui fait la morale. Anaïs ne voit pas où est le mal. Alors Madame L. se met en colère : niveau catastrophique, démotivation, lacunes et arrogance en plus ; voilà le mal ! Anaïs ne comprend toujours pas et les larmes lui montent aux yeux.

Thomas, le délégué de classe demande la parole : jamais il n’a vu une prof aussi cruelle; elle méprise les élèves ; et puis ses cours d’espagnol sont à mourir d’ennui… Il a osé… Toute la classe médusée enveloppe son délégué d’un silence approbateur et admiratif.

Injure, insulte, agression ! Madame L. éructe. Elle surgit dans le bureau du proviseur en exigeant illico l’exclusion définitive de Thomas : un élève comme ça n’a rien à faire dans ce lycée. Le proviseur réfléchit. Certes, il faut envisager une réprimande ; mais pas une exclusion. Il prononce une convocation en Commission de vie scolaire pour discuter du cas et étudier une punition proportionnée à la faute.

Madame L. veut absolument une exclusion expéditive. Elle perdrait son autorité si elle ne l’obtenait pas illico puisqu’elle a dit qu’elle la voulait. D’ailleurs, puisqu’on ne lui donne pas satisfaction, elle refusera l’élève en question dans ses cours. La voilà qui ameute toute la salle des profs contre le dangereux Thomas et son complice sournois qu’est le proviseur.

La Commission se tient une huitaine de jours après. Madame L. a refusé de venir discuter considérant que c’était sa parole contre celle d’un élève de dix-sept ans et qu’elle n’avait pas à s’abaisser en répondant aux questions d’une commission bidon. Le représentant des parents souligne que l’interdiction de cours par le professeur d’espagnol, n’est pas réglementaire. De son côté, un élu des élèves remarque qu’on ne peut pas appeler injure, insulte, agression les mots prononcés par Thomas… Après deux heures de tergiversations alambiquées, le proviseur finit par arrêter une décision. Thomas ne sera pas exclu du lycée ni interdit de cours en espagnol. En revanche, il reçoit un avertissement non mentionné à son dossier administratif pour avoir parlé sur un ton véhément à l’un de ses professeurs.

Madame L. se doutait bien que la commission avait pour fonction de donner tort aux professeurs consciencieux : c’est une exclusion qu’il fallait, pas une pantomime. Le lycée X est en train de perdre sa réputation… Continue reading

Au royaume des excuses bidons

« Le mensonge invétéré, l’insubordination, l’immoralité, la brutalité, le copiage, le vol, l’usage d’alcool ou de drogue, une paresse habituelle et incorrigible […] sont des cas d’exclusion »  (extrait du règlement intérieur réel d’un établissement accueillant plus de 1.000 élèves dans une académie du sud de la France).

Petite scène de la vie d’un lycée

Joana, lycéenne, cumule les absences. La CPE veut voir les parents. Pas de chance pour elle. Joana l’informe que son père est marin et ne rentre que trois semaines chaque semestre tandis que sa mère handicapée ne peut ni sortir, ni téléphoner à cause du respirateur qu’elle doit utiliser en permanence. Quelques semaines passent…

Dans la file d’attente de la supérette du quartier, la CPE retrouve un ancien élève. Ils parlent à voix haute des bons souvenirs du lycée. Dans la queue, devant eux, une dame se mêle à leurs propos. Quel hasard, sa fille Joana est elle-même élève à Duguesclin et elle s’y plaît beaucoup… La CPE a un choc. Cette dame est la mère de Joana !

La pauvre femme découvre en même temps qu’elle devrait être paralysée, avec un masque à oxygène sur le visage et que son mari bourlingue sur tous les océans de la planète ! Pourtant, elle a toujours marché sur ses deux jambes, elle a un souffle normal et elle tient un « tabac-journaux », avec son mari qui n’a jamais mis les pieds sur un cargo. Cela va tanguer pour Joana à la maison… Continue reading