Dans les coulisses d’un conseil de classe…

En théorie, sur le bulletin trimestriel, les professeurs ne devraient pas se contenter de reporter une note commentée par quelques mots visant parfois plus à faire sourire leurs collègues qu’à informer l’élève et ses parents.

D’ailleurs, la circulaire n° 98-119 du 02 juin 1998, précise très nettement cet aspect des choses : l’évaluation ne saurait se borner à un constat chiffré. Il convient, en effet, de valoriser les acquis, même modestes, les savoirs maîtrisés, les capacités, les compétences, les talents, même non scolaires et, sur cette base, de proposer aux élèves des objectifs personnalisés avec les voies pour les atteindre.

Trois minutes par élève

La première partie du conseil de classe est consacrée aux considérations générales sur la vie de la classe. Le président (proviseur ou adjoint) donne son sentiment général sur les bulletins qu’il a lus avant la séance. Ensuite, le professeur principal parle de la classe : niveau d’ensemble, comportement général, événements du trimestre… Puis, chaque enseignant donne son avis sur toute la classe dans sa matière.

La seconde partie du conseil est consacrée aux résultats scolaires de chaque lycéen. Le président évoque les notes et appréciations portées sur le bulletin ; de temps à autre, demande des précisions à un professeur ; rédige une appréciation sur la qualité du travail et du comportement de l’élève et se faisant a parfois une conversation rapide avec les enseignants et les délégués des élèves ou des parents…

La première et la seconde partie bout à bout durent environ une heure et demie, soit le plus souvent trois minutes par élève. En principe, chaque membre du conseil peut intervenir et apporter ses observations. En réalité, le président utilise la presque totalité du temps de parole avec deux ou trois professeurs dominants. Les élèves et les parents n’ont que très peu de place et restent généralement simples spectateurs tout en prenant quelques notes.

 Au cœur d’un conseil de classe réel Continue reading

Petit lexique des appréciations de vos profs

 Convenable, excellent, moyen, faible, satisfaisant, devoir non rendu, insuffisant, n’a pas le niveau…  À longueur de bulletins, les enseignants utilisent des appréciations en forme de SMS stéréotypés. À bien y regarder, il n’y a que trois sortes d’appréciations. Celles qui sont favorables à l’élève : « Motivée et travailleuse. Bon résultats. En progression constant … » Ensuite, celles qui sont défavorables, voire menaçantes : « N’étudie pas les leçons. Néglige certaines matières. Redoublement conseillé. Trop d’absences. Avertissement… » Enfin, le dernier type d’appréciations rassemble les fanfaronnades des professeurs cherchant à amuser leurs collègues tout en méprisant parfois leurs élèves : « Devrait abandonner les mathématiques puisque les mathématiques l’ont déjà abandonné … » Ou encore : « A touché le fond mais s’enfonce toujours … »

 Lexique des termes utilisés par les professeurs (1) .

Les appréciations ont-elles une importance ? Si leur contenu est lamentable, les rapports entre un élève et ses parents peuvent subir de graves turbulences. Mais, l’enjeu est parfois plus décisif puisque elles sont utilisées en jury du Bac pour les candidats à repêcher ou pas pour la seconde série d’épreuves dites de rattrapage. Elles servent également lors des recrutements sélectif (prépa, BTS, écoles spécialisées…).

Il est parfois difficile d’interpréter les appréciations portées sur un élève. Le vocabulaire utilisé par les professeurs est parfois codé. Voici un petit décodeur.  Continue reading