Le projet personnel d’orientation, quésako ?

En classe de seconde pour aider les élèves à construire leur avenir, on leur apprend à préparer leur Projet Personnel d’Orientation. Il s’agit de déterminer dans quelle voie ils veulent s’engager en fonction de leurs goûts et de leurs aptitudes.

Chaque élève reçoit un livret qui permet de progresser dans la connaissance de soi, la connaissance des métiers et la connaissance des formations .

Le responsable de cette action est le professeur principal.

En fin de seconde, Lucas ne sait pas du tout quel métier il voudrait faire, mais il souhaite passer en première ES. Comme il n’a pas de bons résultats et qu’il a déjà redoublé une fois au collège, Madame Moulinet, sa prof principale, pense qu’il doit changer de projet personnel et préparer un bon métier en apprentissage, au lieu d’aller se perdre en ES…

Lucas fait semblant de ne pas comprendre. Mais, elle le harcèle à chaque occasion et lui pose des questions sur ses goûts, ses rêves et ses motivations … Vous aimez la vitesse, les voitures ? Il y a des débouchés dans la réparation automobile … Vous préférez la nature, les plantes, l’écologie ! Il suffit de s’informer, on demande des paysagistes partout … Lucas reste sourd, poli, souriant, attentif, mais sourd. Pourquoi on ne veut pas qu’il passe en première ES avec Quentin, Cyrille, Gaspard et Pierre ?

Au fil des jours, la mère Moulinet propose des filières de plus en plus nases dans la marine, l’aquaculture, le toilettage pour chiens ou la boulange … Alors pour la calmer, Lucas s’invente deux projets personnels ! Le premier : antipodiste dans un cirque. Le second : rien faire pendant un an : liberté, musique, scooter, ordi, les potes, la belle vie quoi ! Madame Moulinet tranche d’un air pincé. Il faut reprendre à zéro … Alors, elle invite (elle convoque) les parents pour une discussion.

Le père découvre : c’est quoi un projet personnel ? Lui, il veut que son fils poursuive de vraies études dans un lycée normal ; il n’est pas question d’apprentissage. Alors, les mots de Moulinet claquent comme des coups de fouets : les notes battent de l’aile, le travail est insuffisant, c’est impossible pour une première ES ! On se quitte.

Lucas est sûr qu’elle cherche à le casser mais il ne sait pas pourquoi. Les autres profs sont des hypocrites. Même ceux que l’aiment bien ne le défendent pas. Il s’en rend malade : cauchemars, nausées, migraines … Ses parents l’aident avec des billets d’excuses mais les absences s’accumulent et la moyenne s’en ressent.

Un jour à bout de force, Lucas, interroge Moulinet : « Si au lieu d’un CFA, je choisis un LP pour faire comptabilité, vous direz oui ? Madame Moulinet, tout sourire, ouvre son grand dossier. Enfin, il devient raisonnable ! Il la remerciera plus tard. D’un côté de la fiche en carton, elle lit à haute voix : proposition de l’établissement, plus bas : projet personnel de l’élève, puis au fond, une question : y-a-t-il accord ? Elle entoure oui. Lucas rejoint les statistiques annuelles découlant de l’application de la circulaire O2. 740 du 12 février 2002, sur l’éducation au choix pour une orientation réussie.

Post-it n°1

 Le troisième trimestre des élèves de seconde

Avril/Mai : formuler les choix définitifs sur le passage en première. Faire plusieurs vœux et diversifier les souhaits.

Juin : le conseil de classe propose l’orientation sur le passage en première et la série (L, ES, S, STI, STL, ST2S, STG…) ou le redoublement. Si la proposition d’orientation satisfait l’élève elle devient une décision (sauf exception, le passage en première se fait dans le même établissement).

En cas de désaccord, le chef d’établissement reçoit les parents. Si le désaccord persiste, la famille peut faire appel auprès de l’inspection d’académie en déposant la demande auprès du proviseur.

Après une seconde générale, un élève peut demander une orientation en LP pour préparer un bac pro. Il a aussi la possibilité de choisir l’apprentissage s’il a plus de 16 ans. Aucune de ces deux solutions ne peut lui être imposée et il a le droit de redoubler s’il le souhaite.

Post-it n°2

 Comment s’informer ?

 Dans le lycée, le professeur principal peut aider. Un entretien individuel avec le COP (Conseiller l’Orientation Psychologue) est parfois possible. Le CDI offre les ressources du kiosque Onisep. À l’extérieur de l’établissement, on peut s’informer au CIO (Centre d’information et d’orientation). On peut accéder au site mobile de l’ONISEP : mobile.onisep.fr/

Sur Internet, il est possible de passer le test GPO pour savoir vers quel métier s’orienter http://www.lesmetiers.net/orientation/c_18048/test-d-orientation-lesmetiersnet. Ce logiciel a été conçu par un conseiller d’orientation-psychologue. L’utilisation est gratuite, simple et rapide d’utilisation, sous la forme d’un questionnaire en trois parties : Dans votre métier futur, vous aimeriez… » ; « Dans votre activité future, vous vous verriez bien… » ; « Aimeriez-vous travailler dans ce domaine d’activité ? « .

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *