Les matières sont toutes importantes, vraiment toutes ?

 Raphaël obtient une moyenne de plus de 16 /20 dans quatre matières : EPS, Occitan LV3, éducation civique ECJS et option audiovisuel. Il se situe parmi les deux meilleurs élèves de sa seconde dans ces quatre domaines. En revanche, en maths, français, langues, ainsi qu’en sciences, les notes ne dépassent pas 8,5 /20.

En ECJS, Raphaël a toutes les raisons d’être fier de son exposé de trente pages concernant la pauvreté et la précarité en France, qui lui a valu un 18/20. Et en natation, la coupe qu’il a remportée est en bonne place dans la vitrine du hall du lycée … Que dire de l’Occitan ? Il le lit comme un véritable Gascon, lui dont la mère est Lorraine et le père Breton.

Raphaël parle du plaisir qu’il éprouve dans les matières qui lui plaisent et insiste sur les compliments qu’il reçoit des profs concernés. Par exemple, en audiovisuel, il a décroché le prix du rectorat, si bien que son clip au sujet du préservatif est sur le site officiel de l’académie dans la rubrique « Olympiades de l’audiovisuel contre le Sida».

Les matières qui rapportent peu au bac

Officiellement, tout enseignant dit que les matières sont TOUTES importantes et qu’il y a équivalence entre la gym et les maths. Néanmoins, tout le monde se réjouit davantage si un élève réussit mieux en SVT qu’en badminton. Les professeurs ne le disent pas clairement, mais ils savent bien que la réussite dans des disciplines secondaires ne fait pas le succès lorsque les résultats restent bas sans les matières principales. D’ailleurs, ces deux mots sont régulièrement l’occasion de discussions interminables…

Un élève qui est un champion dans des domaines qui ne sont pas décisifs pour le passage en première (et au-delà pour le bac), attire la sympathie, mais pas l’admiration, et parfois il peut susciter une certaine inquiétude chez ses parents et ses professeurs. En classe de seconde notamment, un profil déséquilibré peut poser problème pour l’orientation si aucune note n’est assez convenable dans certains domaines pour envisager une filière générale (S, ES ou L) et que se profilent un redoublement ou un bac pro…

L’idéal serait que les élèves réussissent dans les matières essentielles . Globalement on en connaît la liste : maths (surtout), physique chimie (certainement), français (sans hésitation) et anglais (ou une autre LV1). Les autres disciplines sont tactiques, pour obtenir un bonus au Bac.

Pour comprendre la notion d’importance des matières, prenons l’exemple de la philosophie. Certains baccalauréats ne comportent aucune épreuve dans cette discipline ; pour les autres les coefficients varient entre 7 et 2 … (Voir ci-dessous).

Coefficients de la Philosophie aux baccalauréats

L : 7

ES : 4

S : 3

STG & STI :  2

Bac-Pro (tous) :  pas de philo

 

Les matières principales et les matières secondaires

 On pourrait croire que seul le coefficient aux examens décide de l’importance d’une matière. En réalité la hiérarchisation commence dès l’école primaire. Les travaux de nombreux chercheurs en pédagogie le prouvent. En voici les grandes lignes…

  Matières de base (principales) :

– Elles sont essentielles à la réussite scolaire ultérieure, à la base de tout savoir.

– Elles jouent un rôle capital à cause de leurs dimensions utilitaires.

– Elles garantissent la réussite sociale et professionnelle…

 

On cite souvent en ce domaine…

Français

Mathématiques

Sciences (SVT & Physique Chimie)

Histoire Géographie

Anglais & autre langue 1

Philosophie

Éducation physique

 

Matières secondaires :

– Elles relèvent de la culture et du développement personnel.

– Elles constituent des compléments parfois récréatifs aux matières de base.

– Elles sont un enrichissement sans être indispensables…

 

On cite souvent en ce domaine…

Instruction civique & ECJS

Arts plastiques & audiovisuel

Musique Théâtre Danse

Travaux manuels & technologie

Langues 3 et langues régionales

Éducation à la santé (éducation sexuelle)

 

 

Be Sociable, Share!

One thought on “Les matières sont toutes importantes, vraiment toutes ?

  1. Votre papier est bon, mais le  » si aucune note n’est assez convenable dans certains domaines pour envisager une filière générale (S, ES ou L) et que se profilent un redoublement ou un bac pro… » m’a vraiment gênée.

    En 2014, il serait bien de se rendre compte que les bacs pro et le redoublement ne sont pas des échecs ! Le redoublement, s’il est nécessaire, est un vrai plus, et aujourd’hui, un bac pro vaut souvent plus qu’un bac général, à la sortie des lycées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *