Qui veut être délégué de classe ?

Petite scène de la vie courante dans un lycée

Cette année, n’y aura pas de délégué de classe en Terminale  ES
2.  Aucun élève n’a voulu être candidat.
La professeure principale, Madame Bolland, a pourtant fait  un long discours sur le vote, la démocratie et la citoyenneté au lycée… Deux ou trois filles ont eu l’air intéressées, mais au moment de se présenter : silence de mort.  Personne n’est motivé : pas envie de s’occuper des  histoires des autres, pas  envie de faire la taupe dans la classe pour le CPE, le proviseur, les profs… Aussi peur de prendre un râteau et de ne pas totaliser un nombre de voix honorable. C’est plus facile de se faire des amis sur Face-book que de gagner des électeurs en classe.

Alors Madame Bolland a « forcé » les deux déléguées de l’année dernière (en première) à se présenter.  Héloïse et Isabeau se sont laissées faire.  Il fallait gagner du temps et passer ensuite aux choses sérieuses : les cours, le programme, la préparation du bac…

 Le vote a eu lieu, en présence du CPE, dans une salle équipée d’un isoloir.
Lors du dépouillement : première enveloppe : vide, deuxième bulletin :
nul, troisième : un vote blanc… etc. Pas un seul bulletin valable. Même les deux candidates forcées n’ont pas voté pour elles. Continue reading

Si vous êtes bon pour le conseil de discipline

Petite scène de la vie courante dans un lycée70 % des élèves reconnaissent avoir déjà triché au cours de leur scolarité.

 

D’après les professeurs de terminale S 4, la triche a atteint un niveau scandaleux. De temps à autre quelques élèves se font pincer. Quatre heures de colle tombent, doublées d’une note désastreuse. Les délégués de classe ont une explication : trop de travail, trop difficile… alors on copie les uns sur autres pour s’en sortir !

Durant un devoir surveillé de SVT Arthur et Estéban qui étaient côte à côte se sont fait surprendre en train de consulter un mobile. Il y avait des antisèches en mémoire… Le professeur a dit qu’il allait faire un rapport et demander un conseil de discipline… http://www.letudiant.fr/bac/triche-au-bac-et-aux-examens-quels-risques-12268.html

 

 

Vous aussi, vous êtes bon pour le conseil de discipline ? Dans un lycée, les punitions scolaires et les sanctions applicables aux élèves sont prévues dans le règlement intérieur et personne n’a le droit d’en proposer d’autres. Le proviseur peut réunir le conseil mais il n’est pas obligé : il est autorisé à prendre seul des sanctions comme l’avertissement, le blâme, l’exclusion temporaire de l’établissement ou de certaines activités (au maximum de 8 jours). Il peut aussi imposer du travail scolaire ou des tâches d’intérêt général. En revanche, l’exclusion définitive de l’établissement ne peut être décidée qu’en conseil de discipline.* Continue reading

Journal du lycée : peut-on tout dire ?

Petite scène de la vie courante dans un lycée

Sur mon bureau, le CPE a posé en faisant une grimace le « numéro de rentrée du journal du lycée ». En page une, un certain Éralikhor préconise de faire sauter la cantine avec de la nitroglycérine car « la bouffe est dégueu… ». Dans toutes les marges Wauc a barbouillé des dames dépoitraillées façon mangas. Que dire le l’avant dernière page intitulée « Comment pécho ? Pécho une meuf, pécho un mec, pécho en boîte, pécho au bahut, pécho en tout temps et en tout lieu… ». Pire ! En double page du milieu, il y un reportage « de notre envoyé spécial » sur les profs les plus mal fringués du lycée. Certes, on ne voit aucun nom propre, mais les descriptions sont si précises que l’on reconnaît parfaitement les enseignants les moins élégants.

Vous reconnaissez un peu les traits de votre journal du lycée ? La feuille de choux vous fait bien rire, mais peut-elle perdurer dans ces conditions ?

Tout n’est pas permis…
La liberté d’expression a ses limites. En 2002, l’équipe de rédaction, constituée de lycéens des classes préparatoires du lycée Henri IV a publié un numéro spécial de Ravaillac, avec en couverture les élèves de la rédaction photographiés nus comme des vers. Le proviseur a interdit le journal. Les exemples de ce genre sont nombreux. Quelques années auparavant, dans deux numéros consécutifs du journal des élèves du lycée Merleau-Ponty de Rochefort-sur-mer, des professeurs et des membres de l’administration se sont fâchés. Trois élèves ont été exclus par le conseil de discipline tout en étant parallèlement poursuivis devant un tribunal pour injure. Dans la même période, au lycée Ronsard de Vendôme, le journal des lycéens a consacré deux pages à la légalisation du cannabis. L’élève majeur ayant distribué le journal a été condamné pour incitation à l’usage de drogues… Continue reading

Après la seconde… Changer d’orientation

Petite scène de la vie courante dans un lycée

En Seconde, tout va mal pour Théo. C’est du moins ce qu’il ressent. Il n’était pas mauvais en troisième, l’année dernière, mais depuis la rentrée les notes plongent. Il ne parle à personne. Personne ne lui parle. En plus son orientation est ratée. Il ne voulait pas être dans ce lycée, il n’aime pas sa classe. Et puis en éco-gestion il ne s’attendait pas à ça.

Les profs font leur boulot dans l’ensemble, mais ils ne sont pas intéressés par le cas de Théo car il n’est ni insolent, ni perturbateur. Il a bien pris un rendez-vous avec le conseiller d’orientation. Il lui a dit d’attendre et qu’avec le temps tout irait mieux.

Alors Théo est en train de décrocher… Il le sent au fond de lui. Pas question d’en parler aux parents, il ne veut pas les inquiéter. Alors, il vaut mieux s’en tenir à l’orientation. Il est mal orienté. Quand il aura changé de voie tout ira mieux : un lycée plus réputé, des matières qu’il aimera, des potes aussi, bref ; la belle vie… Théo en est persuadé, la réorientation fera son bonheur…

Mais que peut-on faire pour se réorienter à la fin d’une Seconde ?

Continue reading

Quand on ne peut (plus) payer la cantine

Petite scène de la vie courante dans un lycée

Un surveillant, un agent, le CPE… signalent l’existence discrète de quelques jeunes qui ne mangent pas. Cette formule est codée. Elle veut dire que certains élèves ne déjeunent ni au lycée ni à la maison.
De temps à autre, un pote de ces jeunes qui ne mangent pas (qui lui mange à la cantine) leur apporte en douce quelques tartines de pain sec ou une pomme abandonnée sur les tables du réfectoire. Vers 13h 30, à la sortie du self, on peut voir chaque jour, le petit manège gêné d’une répartition de nourriture récupérée.

Ceux qui ne mangent pas sont de trois sortes. Il y a les loustics qui ont gardé l’argent que les parents ont donné pour la cantine et se sont payé tout autre chose. Puis, on trouve les distraits, ils ont le chèque au fond du cartable, ils ont oublié de le donner à l’intendance du lycée et patatras un beau jour la badgeuse électronique du self les bloque dehors. Et puis il y a les autres…

Personne ne peut croire qu’un ado se prive de manger durant ses années lycée… On l’imagine d’autant moins que ces affamés-là ont parfois un smart-phone et des baskets de marque… Il n’empêche, la cantine c’est parfois cher et on n’est pas toujours un bon gestionnaire entre quinze et dix-huit ans.

 

  Continue reading