Bac : dans l’attente des résultats…

Les épreuves écrites sont passées. « Une bonne chose de faite ! » lâche, sourire aux lèvres, une petite brune, sac en bandoulière et cheveux dressés sur la tête. « Il n’y a plus qu’à attendre », lui répond d’une voix sourde, son voisin, visiblement inquiet. Voici venu le temps de l’attente, des résultats et du farniente. Pas tous égaux

Il y a ceux, sûrs d’eux, qui basculent en mode vacances sitôt les dernières épreuves bouclées…

Il y en a d’autres, de nature plus stressée, qui font et refont qui leurs exercices de maths, qui leur dissertation de philosophie toutes les nuits : «J’ai oublié de citer Nietzsche, c’est la cata !». Ils ont conservé leurs brouillons, histoire de les comparer aux corrigés  et passent un temps fou à calculer les points qu‘il leur faut obtenir pour décrocher le fameux sésame, voire une mention !

Il y en a encore qui, partis avec des points de retard et le sentiment de ne pas avoir donné toute leur mesure au cours de l’année, se préparent à passer le rattrapage… Ceux là doivent rester mobilisés et résister aux sirènes des longs après-midis à rêvasser ou des soirées à festoyer.

Rester mobilisés

Si vous avez obtenu une moyenne comprise entre huit et dix au bac, vous aurez droit à la cession de rattrapage. Deux matières, qu’il vous revient de déterminer, seront à l’honneur. Si rien ne vous empêche de réfléchir d’ores et déjà à ce que pourrait être votre choix, vous ne pourrez réellement vous décider qu’au regard de votre relevé de notes.

Comment choisir ?

Il faut trouver le délicat équilibre entre notes (il est plus facile de passer de 6 à 10 que de 12 à 16), coefficient (si vous passez à l’oral une matière à fort coefficient, vous rattraperez d’un coup, un nombre important de points) et compétences (rien ne sert de prendre au rattrapage une matière dans laquelle vous n’avez rien ramé pendant l’année). Vous n’aurez que très peu de temps pour choisir… et encore moins pour réviser, les oraux commençant un ou deux jours après l’annonce des résultats. D’où l’idée de rester en veille et de travailler un peu chaque jour, histoire de ne pas rester bouche bée face à l’examinateur. Pas facile quand la plupart de vos camarades ont déjà l’esprit ailleurs…. La méthode de révision est la même que pour l’écrit : reprenez vos fiches et vos annales et… bachotez !

Après les résultats, lorsque vous aurez choisi les matières à rattraper, demandez à vos professeurs de bien vouloir vous faire passer un oral blanc, histoire de vous préparer !

 Donnez une image positive

Le jour de l’oral, mettez bien à profit, le temps de préparation. Et face à l’examinateur, donnez une image positive : montrez que vous êtes plein de bonne volonté et que vous savez des choses… Il est là pour vous repêcher et non vous « enfoncer » !

Les notes obtenues à l’oral remplacent celles de l’écrit, à condition toutefois qu’elles soient supérieures. Si après les notes du rattrapage, vous obtenez une moyenne supérieure à 10, vous l’aurez votre bac.

Vous serez de toute façon très vite fixé, les résultats étant donnés à la fin de chaque demi-journée.

Bon courage !

Pour en savoir plus se rendre sur le site du CIDJ :

http://www.cidj.com/dossier/bac-reussir-son-oral-de-rattrapage

Et si je ne me réveille pas le jour du bac ?

À quelques jours du bac, la pression monte : « Toutes les nuits, c’est pareil : je me réveille en sursaut, jette un œil sur mon réveil, réalise qu’il est 7h45 et que je devrais déjà être installée derrière ma table à attendre que le surveillant vérifie ma convocation et ma carte d’identité…. Or, je suis là, chez moi, en pyjama !» raconte, d’une voix mal assurée, Léa, un chignon perché au sommet du crâne.

En réalité, le jour J, il y a peu de chance que vous ne vous réveilliez pas. D’autant qu’en bon lycéen prévoyant que vous êtes, vous avez bien sûr pris soin de vérifier que votre réveil est réglé à la bonne heure et… qu’il fonctionne. Enfin, vous avez demandé à vos parents, frères ou sœurs de vérifier le matin même que vous vous êtes bien réveillé !

Imprévus… à prévoir Lire la suite

Plus que quelques jours avant le début des épreuves…

« Le bac, aujourd’hui, tout le monde ou presque l’a, non ? Enfin, c’est ce que j’ai longtemps cru… Bizarrement, plus les épreuves approchent, moins je me sens à l’aise » lâche du haut de son mètre 90, un grand brun, sac en bandoulière et yeux cernés.

Ce n’est pas le moment de flancher

À quelques encablures des premières épreuves, ce n’est plus le moment de stresser mais de s’organiser…

Vérifiez votre matériel

Assurez-vous que vous avez reçu … et pas encore perdu votre convocation aux différentes épreuves, obligatoires ou non. Pensez également à vérifier que vous avez des papiers d’identité en cours de validité : passeport, carte d’identité, permis de conduire. On vous les réclamera au début de chaque épreuve !

Checkez  votre petit matériel : crayon à papier, stylo plume, cartouches, effaceur, règles, crayons de couleurs, taille crayons, gomme … S’apercevoir la veille de l’épreuve d’histoire géo que l’on n’a pas de feutres en état de fonctionnement, c’est stressant ! Si vous voulez éviter de vous retrouver à quémander auprès de vos frères et sœurs crayons, stylos et autres gommes, ou à devoir arpenter la moitié de la ville pour en trouver … mieux vaut anticiper !

Côté calculatrice, assurez-vous qu’elle fonctionne, que les piles ne sont pas en fin de course, histoire qu’elle ne vous lâche pas en pleine résolution d’équation ! Lire la suite

J-30 : le programme n’est toujours pas bouclé !

« Plus que deux semaines de cours et il nous reste deux chapitres en histoire, trois en SES, sans parler des maths. On n’aura jamais fini, même le prof n’y croit plus ! » lâche paniquée Zélie, chignon brun perché sur le haut du crâne et lunettes à grosses montures.

Du calme ! C’est normal qu’en fin d’année de terminale, vous ressentiez une certaine effervescence voire une pointe d’inquiétude.

Analyser les retards Lire la suite

Réussir à l’université : ça se prépare !

«  Et donc si je ne suis reçu dans aucune des écoles de commerce auxquelles j’ai concourues, ni dans aucun IUT…, je devrai aller à l’université ? » lâche,  un poil désemparé, Pierrick, en terminale ES. « Je n’ai rien contre la fac mais je crains qu’elle et moi, nous ne soyons guère compatibles » poursuit, le jeune homme, cheveux en bataille et look savamment négligé.

A lire la note d’information publiée le 10 avril 2013 par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Pierrick n’a pas totalement tort de s’inquiéter. Moins d’un étudiant sur deux obtient sa première année de licence du premier coup. Et quand enfin c’est fait, il n’a qu’une chance sur deux de décrocher un master en deux ans… Alors, l’université : un parcours du combattant ? Lire la suite

Les révisions, c’est pour demain ?

Les vacances de printemps sonnent le glas des révisions du bac qui se profile dangereusement à l’horizon.  A  en croire l’enquête  Ipsos, pour la MAIF/le Monde/RTL réalisé en avril 2013 ,  70% des lycéens de terminale vont profiter de la  pause printanière  pour se mettre « sérieusement » à réviser les programmes de maths, physiques chimie, philo, histoire, SVT, SES, anglais… Un tout petit mois et demi pour réviser une année entière de cours, est-ce bien raisonnable ?

A étudier les résultats du bac cuvée 2012, sur 100 candidats à s’être présentés 89 ont décroché le sésame, vous avez bien raison de ne pas trop vous inquiéter mais de là à vous concocter un programme Roland Garros et terrasses de café, il y a un pas qu’il serait … dangereux de franchir. Lire la suite

Je suis nul en orthographe, que faire ?

« Pas une copie sans un commentaire type : « attention à l’orthographe », généralement accompagné d’au moins 2 points en moins» se lamente Gaspard, du haut de sa terminale L.
Une seule solution : l’huile de coude. Gaspard peut certainement surmonter ses difficultés ou au moins, limiter la casse, à condition toutefois de s’atteler à la tâche de façon méthodique. Être « mauvais » en orthographe n’a jamais été une fatalité ! Lire la suite

J’aimerais partir à l’étranger après le bac…

« J’ai des fourmis dans les jambes, comme une envie de voir du pays » lâche Simon en terminale ES. « Pourquoi tu ne pars pas à l’étranger l’an prochain ? » l’interroge une grande brune. …Oui pourquoi pas !

Partir à l’étranger après le bac peut être une expérience extrêmement enrichissante à deux conditions : que vous ayez bien préparé votre séjour et anticipé votre retour, histoire d’éviter qu’une belle aventure ne vire au cauchemar.

Une expérience enrichissante

Les arguments pour partir à l’étranger après le bac ne manquent pas : meilleure maîtrise d’une langue étrangère (à condition que vous ne mettiez pas le cap sur un pays francophone), couper le cordon avec des parents un peu trop envahissants, gagner en autonomie, mieux vous connaître, faire le point sur ce que vous avez envie de faire et revenir l’esprit plus clair….

Les questions que vous devez vous poser avant de partir Lire la suite

Mon prof ne m’aime pas : que faire ?

« J’en ai assez de me faire saquer… » lance à la cantonade Elsa, veste en jean et talons hauts en quittant la salle de classe. Il faut dire qu’elle vient de ramasser son huitième 7/20 depuis le début de l’année en histoire-géo. « Que je travaille ou pas, ça ne change rien, j’ai toujours la même note et le même commentaire qui revient tel un leitmotiv : trop superficiel, sujet mal cerné, doit approfondir travail et réflexion. Avec ça, je suis bien avancée », commente la jeune fille d’un ton faussement détaché. « Sans parler de toutes les fois où il me renvoie de cours sous prétexte que je fais trop de bruits. Il ne me supporte pas ! »

Bien analyser la situation

Visiblement le courant passe mal entre Elsa et son professeur

Vous êtes nombreux à ressentir, à un moment ou un autre de votre scolarité, de l’animosité de la part de l’un de vos enseignants. Vous vous dites victime d’une« injustice », vous n’avez plus très envie de coopérer ni de vous investir en classe. D’où, des notes en baisse, une moindre attention, des retards qui se multiplient… De quoi finalement alimenter les griefs que le professeur entretient contre vous.

Ce serait quand même idiot que vous ne décrochiez pas votre bac ou la filière de vos rêves sous prétexte que vous avez accumulé les commentaires négatifs dans une matière, que vous aimez pourtant et dans laquelle vous réussissiez plutôt bien jusque-là.

La balle est dans votre camp Lire la suite

Je suis atteinte de procrastination aigüe : que faire ?

« J’ai beau me répéter en boucle que je dois prendre de l’avance, il n’y a rien à faire, j’attends toujours le tout dernier moment. Sans parler des cours que je révise la veille du contrôle, quitte à y passer la nuit » lâche, une grande queue de cheval brune, en secouant la tête. « Conclusion, je suis tout le temps débordée et stressée».

Et si vous commenciez par faire ce qui vous déplaît avant tout le reste ? Lire la suite