Pourquoi les champions du monde en titre sont-ils toujours éliminés au 1er tour : Nietzsche contre Spinoza

 

Comment l’Allemagne, championne du monde de football en titre depuis 2014 a-t-elle pu être éliminée pendant les phases de poules ? Alors que les commentateurs ont l’habitude de louer le « réalisme » allemand, le sélectionneur, Joachim Löw n’a pu cette fois que constater: « Nous n’avons pas réussi à marquer de but ». Mais si le fameux « réalisme allemand » n’était qu’un mythe? C’est ce que tendrait à penser le philosophe Nietzsche (1844-1900). Pourquoi les Allemands ont-ils perdu?

« Toujours pour la même raison, à cause de leur profonde lâcheté devant la réalité, qui est aussi la lâcheté devant la vérité, à cause de leur manque de véracité devenu instinct, à cause de leur idéalisme… » (Ecce Homo, « le cas Wagner », 2). 

Nietzsche (1844-1900)

Pour Nietzsche – qui ne parlait évidemment pas de la Coupe du Monde de football, vu qu’il a vécu au 19ème siècle – ce qui caractérise l’Allemagne n’est pas le réalisme, mais au contraire, l’idéalisme – parce qu’il pense plutôt aux philosophes comme Kant et Hegel, qu’aux footballeurs, comme Neuer ou Ôzil. De toute façon, Nietzsche n’a jamais apprécié les Allemands, alors qu’il était lui-même allemand :

« Quand je me représente une espèce d’homme qui répugne à tous mes instincts, le résultat est toujours un Allemand. » (Ecce Homo, « Le cas Wagner », 4). 

Blague à part, on remarquera que depuis 2002 et la campagne catastrophique de l’équipe de France, la quasi-totalité des équipes championnes du monde en titre (à l’exception du Brésil) ont été éliminées en phase de poule lors du championnat suivant: la France en 2002, donc, l’Italie en 2010, l’Espagne en 2014, et cette fois, l’Allemagne. S’agit-il d’une « malédiction »? Pas très scientifique comme explication. Non, la réponse se trouve sans doute encore dans une remarque de Joachim Löw, lors de sa conférence de presse après la défaite :

« Nous n’avons pas mérité dans cette compétition de redevenir champions du monde »

Et voilà! Contrairement aux autres équipes, un champion du monde en titre ne vient pas pour « gagner » la coupe du monde, mais pour « conserver » son titre (« redevenir champion du monde »). Et

Spinoza (1632-1677)

forcément, avec ce sentiment d’avoir déjà gagné, ou plutôt, avec le sentiment de ne rien avoir à conquérir, la défaite – donc, la mort – est assurée. Comme la plupart des gens, le philosophe Spinoza pensait lui-même que c’était un instinct de conservation qui caractérisait les êtres vivants:

« Chaque chose, selon sa puissance d’être s’efforce de persévérer dans l’être. » (Ethique, III, prop. 6)  

 Mais d’après Nietzsche, ce n’est pas l’instinct de conservation qui caractérise la vie, et donc, maintient en vie, c’est ce qu’il appelle la fameuse « volonté de puissance » : non pas seulement se conserver (ou conserver son titre), mais se développer, se renforcer, « monter en puissance », comme on dit en parlant de certaines équipes durant la compétition.

« Vouloir se conserver soi-même est l’expression d’une situation de détresse, d’une restriction de de la véritable pulsion fondamentale de vie, qui tend à l’expansion de puissance ». (Le Gai savoir,  §349).

Vous avez peut-être déjà observé, en marchant sur le bord d’une route, ces petits brins d’herbes ou ces petites tiges de fleurs qui avaient trouvé le moyen de pousser au beau milieu du bitume. Alors que le revêtement goudronné paraît à première vue infranchissable, la vie d’un simple végétal est parvenue à exploser le bitume. Comment? C’est forcément qu’elle ne cherchait pas seulement à « se conserver ». Il en faut, de la force, à une petite plante, pour se maintenir en vie. Il faut vouloir se battre, sinon, on est écrasé.  En effet, comment « battre » une équipe, comment lutter contre un adversaire, si l’on n’est pas parti pour être plus fort? On a forcément beaucoup plus de chances de perdre si on vient seulement « défendre » son titre. En fait, il faudrait que les champions du monde ne viennent pas pour conserver leur titre, mais bien pour le gagner. 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Philosophie de l'actu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.