Pour ou contre le « coffre-de-toit » ?

coffre

Autant le dire tout de suite: je n’ai jamais apprécié les « coffres-de-toit ». Mais sans trop savoir moi-même pourquoi, sans pouvoir me l’expliquer ni encore moi le justifier. Et pourtant, il faudrait si l’on veut sérieusement faire interdire cette abomination touristique. J’y ai toujours trouvé quelque chose de vaguement vulgaire ou de populaire; un truc de « beauf », comparable au tuning. Pourtant, il y a tellement de monde qui utilise le « coffre-de-toit », et de tous les milieux sociaux, même si on en voit pas mal quand même qui vont au camping. Alors quoi?

départ-en-vacances-cover

C’est cet été, en revoyant ces « coffres-de-toit » s’exhiber une fois de plus sur ma route, que jai trouvé une réponse; j’ai compris ce qui m’exaspérait là-dedans: c’est que le « coffre-de-toit » est une contradiction ambulante entre l’envie de voyager, et le refus de partir. C’est le symptôme de tous ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. En effet, pourquoi partir? Il y a sans doute de bonnes et de mauvaises raisons. Dans son traité De la tranquillité de l’âme (II, 12-13), le philosophe stoïcien Sénèque écrit:

    « Or, c’est le propre des malades de ne rien supporter longtemps et d’user du changement comme d’un remède. Voilà pourquoi on entreprend ces pérégrinations sans but, pourquoi l’on part à l’aventure le long des côtes (…) poussé par l’instabilité toujours ennemie de l’état présent ».

Voilà: pour Sénèque, le désir ou le besoin de voyager et de partir en vacances manifeste un perpétuel besoin de changement. Si on veut tant partir, ce n’est pas parce qu’on sera mieux « là-bas » (parce qu’on en sait rien), mais surtout parce qu’on est mal ici. D’après le philosophe stoïcien, c’est sa propre vie et donc soi-même qu’on essaie de fuir, ce qui est impossible.

depart vacances.jpeg

Mais Sénèque se trompe, peut-être. Mais il ne pouvait pas le savoir, parce qu’il n’a pas connu les « coffres-de-toit »! Je veux dire: on a déjà un coffre pour emmener ses affaires, alors, pourquoi rajouter un coffre-de-toit? C’est la vision qui m’est venue cet été. Je me suis dit: mais qu’est-ce qu’ils ont encore besoin de rajouter un coffre sur le toit? De deux choses l’une: soit on part, soit on ne part pas. Si on ne part pas, c’est qu’on est bien chez soi, avec son confort, ses meubles et tout ce qu’on veut. Si on part, c’est qu’on veut changer d’air, voir autre chose, quitter son quotidien, vivre autre chose. Et là, dans cette recherche d’ailleurs, il y a quand même ce coffre-de-toit qui apparaît comme une tentative désespérée pour emmener le plus de choses, garder le plus de souvenir de chez soi, s’entourer de tous ses objets familiers, bref, surtout, ne rien changer à ses habitudes. Dans le fond, Sénèque est optimiste quand il écrit que le malade a besoin de « changement ». Au contraire, il veut aller ailleurs, mais sans rien changer à ses habitudes. Vivre là-bas comme ici.

Alors j’ai envie de dire: partez ou ne partez pas! Mais ne partez pas avec un coffre-de-toit pour emmener le maximum de choses avec vous, pour faire comme si vous n’étiez aps partis. J’ai envie de dire qu’on pourrait interdire le coffre-de-toit pour obliger les gens à vraiment partir en vacances!

Maintenant, si les gens pouvaient arrêter de parler de burkini, ça nous ferait vraiment des vacances!

Partagez ce post sur vos réseaux !

6 Comments

Filed under Philosophie de l'actu

6 Responses to Pour ou contre le « coffre-de-toit » ?

  1. Mrjhack

    Le coffre de toit, c’est la place qu’il te manque dans le coffre de ta voiture car l’utilité d’un Espace ou d’un Scenic toute l’année.

    J’ai une compacte car nous ne sommes que 3. Mais lorsque nous partons, nous avons besoin de transporter un lit parapluie, des peluches et autre pour mon fils… Je n’ai pas l’utilité et les moyens d’utiliser une grosse voiture le reste du temps.

    Donc ce qui est vulgaire, c’est de critiquer les gens qui ont de petites voitures et qui ne peuvent pas y mettre tout ce que l’on met dans un gros monospace.

    • gilles-vervisch

      Merci Mr Jack pour votre commentaire. Je précise d’abord que la critique s’adresse plutôt, effectivement, aux déjà-grosses-voitures-avec-un-grand-coffre qui n’ont donc pas besoin de coffre-en-plus. Mais surtout, vous imaginez bien qu’il y a un certain « second degré » dans cet article. Mais comme nous le savons, on ne peut pas rire de tout. En tout cas, cela montre assez que n’importe quel sujet peut devenir sensible et faire polémique. CQFD.

      • Jeanne-France

        De notre côté, cher Gilles, nous avons une grosse voiture, mais tout le coffre est consacré à… Fanette ! Notre grosse leonberg de 60 kg. Ceci dit nous avons réussi à partir en camping en Ecosse SANS coffre de toit ! (mais les 2 places passager arrière étaient blindées ^^)
        En tous cas merci pour la parenthèse philosophique sur ‘partir’. Il paraît qu’il y a quelques personnes qui ne veulent pas rentrer, suis-je la seule à penser qu’il se pourrait qu’on parte uniquement pour le plaisir de revenir?
        Très bonne reprise à toi

  2. steph

    Merci pour ce post sympa et pour l’improbabilité à relier coffre de toit et philo… quoique la preuve est faite ici. Au plaisir de vous lire ;)

  3. Aaaaaah le coffre de toit ! un artéfact de l’été du même acabit que les remorques pour vélos, la majorité des voitures que je croise et qui en sont équipées son d’ailleurs immatriculés à l’étranger, rare d’en voir pour ma part en dehors de la période estivale.

  4. tito

    Statistiquement plus votre famille s’agrandit et plus vous aurez tendance à acquérir un véhicule qui a le potentiel pour transporter cette famille. Donc si votre famille comporte 2 adultes+ 1 enfant + 1 bébé + la belle -mère occasionnellement, je vous défie de tout caser dans un coffre de break par exemple. Vous allez me dire avec votre air condescendant « pourquoi ne pas acheter un minibus alors mon vieux? » . Tout simplement parce qu’un coffre de toit coûte certainement moins cher à la différence de changer de voiture plus grande, surtout si l’on n’en a pas forcément les moyens. Oui , car une famille, ça ne s’entretient pas gratuitement. D’autre part pour peu que l’envie en vacances vous prenne de faire du vélo parce que c’est super, vous installez donc un porte vélo à l’arrière, histoire de finaliser la « beauf touch », car un vélo en location à la journée à certains endroits c’est 40€/jour x3 je vous laisse faire le calcul sur 1, 2 ou 3 semaines. Je crois surtout que philosopher c’est être capable de rester lucide et voir par exemple la pomme sous toutes ses coutures et non pas uniquement la face que l’on a devant son nez de débutant. A bon entendeur ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>