GoT S05 E09: Racine à Westeros?

!!!Attention SPOILER!!! Mieux vaut avoir terminé la saison 5 avant de lire cet article!

stannis

Passons sur la scène finale de la saison 5, « traumatisante » pour pas mal de gens… Avant cela, c’est une autre scène qui avait provoqué « l’émoi » des téléspectateurs dans l’épisode 9, lorsque Stannis Barathéon devait sacrifier sa fille Shireen, une enfant innocente brûlée à cause de la folie fanatique de la femme rouge, Mélisandre. Alors, on a crié au scandale, en se demandant comment les auteurs et scénaristes avaient pu aller aussi loin, et pourquoi tant de haine ?

En fait, ils ne sont pas allés si loin que ça: cette scène reprend un grand classique de la mythologie qui date de Mathusalem ou des calendes grecques. Le thème du père qui sacrifie son enfant, on le trouve déjà dans l’Ancien Testament, avec le sacrifice d’Isaac (Genèse, 22): son père Abraham, a eu toutes les difficultés du monde à avoir un enfant. Après avoir longtemps prié Dieu, sa femme donne enfin naissance au petit Isaac. Et tout ça pour quoi? Très vite, Dieu demande à Abraham d’aller sacrifier son fils avec « le feu et le bois ». Heureusement, au dernier moment, un Ange substitue un bélier à l’enfant et le sauve. Le but était simplement d’éprouver la foi d’Abraham: jusqu’où serait-il prêt à aller pour Dieu? Y croyait-il vraiment? Motif un peu discutable qui justifierait volontiers les attitudes fanatiques, mais enfin, l’enfant est sauvé!

agamemnonLe Destin d’Iphigénie est beaucoup moins certain: c’est une histoire très classique de la mythologie grecque dont il existe de nombreuses versions, les plus connues étant sans doute celle de la pièce d’Euripide, Iphigénie à Aulis, et surtout, la tragédie de Racine, Iphigénie qu’on étudie assez souvent au collège ou au lycée. Selon les versions, Iphigénie meurt vraiment ou bien, comme Isaac, elle est sauvée in extremis par la déesse Artémis qui la remplace par une biche. En tout cas, c’est bien l’histoire qui a inspiré cette intrigue de Game of Thrones – c’est pas possible autrement ! Tout comme Stannis doit partir à la guerre pour combattre Bolton à Winterfeld, le roi Agamemnon doit partir pour la guerre de Troie. Et de même que l’armée de Stannis est bloquée par la neige (parce que « Winter is coming »), de même, l’armée grecque est bloquée par des vents défavorables. Alors, la méchante Mélisandre persuade Stannis de sacrifier sa fille unique (qui n’a déjà pas été très gâtée jusqu’ici), pour que son Dieu, « le maître de la lumière », radoucisse le climat, fasse fondre la neige, et permette à l’armée de Stannis de partir. Est-ce qu’elle est folle? En fait, il se passe exactement la même chose dans l’histoire d’Iphigénie, sauf que là, c’est l’oracle Calchas qui demande à Agamemnon de sacrifier sa fille Iphigénie pour se rendre les vents favorables:

Quand j’entendis ces mots prononcés par Calchas :
« Vous armez contre Troie une puissance vaine,
Si, dans un sacrifice auguste et solennel,
Une fille du sang d’Hélène,
De Diane en ces lieux n’ensanglante l’autel.

(Scène I)

iphi

Reste à savoir quel est le message: pourquoi tant de haine? En fait, là encore, on retrouve un problème – ou un dilemme – assez récurrent dans la tragédie (et la philosophie): la question du conflit des devoirs. à la fois pères et rois, Agamemnon et Stannis doivent choisir entre l’amour qu’ils ont pour leur fille, et leurs devoirs de roi. Stannis a beau avoir l’air souvent bourru, il aime sa fille, on le sait: une scène d’un épisode précédent avait installé un fameux dialogue où Shireen lui demandait si son père avait honte de sa fille. Et là, il lui rappelle qu’elle est sa fille, et que face à tous ceux qui voulaient se débarrasser d’elle, il l’a toujours protégée. Oui, mais voilà: « Winter is coming! » Il faut faire un choix. Rappelons que certains plans de la scène nous montre que l’armée meurt de faim. Faudra-t-il laisser mourir tous les soldats pour sauver sa fille? A une époque pas très éloignée, on un peu reproché à un Président de la République de placer les intérêts de sa fille (cachée) avant les intérêts de l’Etat. Alors, qui jettera la pierre à Stannis? Le bon choix, on ne sait pas ce que c’est, mais on sait qu’il est cornélien – ou plutôt, « racinien ». A quelle loi va-t-il obéir? A quel devoir va-t-il se conformer? C’est encore le conflit qu’on rencontre dans la fameuse tragédie Antigone, là encore, une histoire classique de Sophocle reprise par Jean Anouilh au XXème siècle: va-t-elle enterrer son frère et risquer la peine de mort? Ou obéir à son oncle Créon? La loi de la Cité (ou de la République)? Ou bien, la loi des Dieu (ou de la religion)? Beaucoup de questions très intéressantes exhumées par cet épisode 09 de Game of Thrones qui est décidément moins scandaleux que mythique.

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Philosophie pop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.