Réviser le bac philo en 1 minute avec Julia Roberts?

Julia Roberts publicité Lancôme

Et si on pouvait réviser le bac philo en 1 minute chrono grâce à Julia Roberts? ça se saurait…Mais à revoir cette pub pour le parfum La vie est belle qui date déjà de 2012, il faut bien avouer qu’elle rappelle étrangement l’allégorie de la caverne de Platon: des hommes enchaînés « dans un monde fait de diktats et de conventions », manipulés par des « montreurs de marionnettes ». Tout d’un coup, « on détache l’un de ces prisonniers » qui finit par sortir de la caverne pour se retrouver à la lumière du soleil.

« Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux; entre le feu et les prisonniers passe une route élevée: imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionnettes dressent devant eux, et au-dessus desquelles ils font voir leurs merveilles. »

République, Livre VII.

Bon: comme  il n’est pas toujours évident de se représenter la situation décrite par Platon, on a pris l’habitude de faire un dessin.

lavieestbelleCaverne

Mais on peut aussi partir de cette fameuse pub, où les invités d’une fête mondaine tous habillés en noir, sont attachés à des fils (de perles) comme s’ils étaient des marionnettes. Alors, que symbolisent leurs chaînes ? « Un monde fait de diktats et de conventions ». C’est un peu la même chose chez Platon: les prisonniers de la caverne ne voient que des ombres et sont donc dans l’illusion. En fait, ils sont enchaînés à leurs opinions et leurs préjugés qui les empêchent de voir la « vérité », symbolisée par l’extérieur de la caverne. Or, il se trouve qu’il y a bien des « marionnettistes », aussi, dans cette allégorie; tous ceux qui imposent leur « diktat », et qui, pour ainsi dire, « tirent les fils ». Platon pense en particulier aux responsables politiques qui manipulent l’opinion par leurs beaux discours inspirés par des conseillers en communication (à l’époque, on parlait plutôt de « Sophistes »). Il pense aussi aux dogmes religieux, et tout autre vérité préétablie qui empêche aux hommes de penser par eux-mêmes. A la fin, ce sont bien les « conventions » que dénonce Platon, à savoir, les vérités admises par habitude sans avoir été remises en question, et par exemple, les bonnes vieilles valeurs morales reçues par la coutume ou les lois de tel ou tel pays: les lois sont de simples « conventions », elles nous disent ce qui est bien ou mal, ce qu’on a le droit de faire ou de ne pas faire, si bien que la plupart des gens se contentent de les suivre sans réfléchir, simplement parce que ce sont les lois.

lavieestbelle1

Mais voilà Julia Roberts! Alors que tout le monde est habillé en noir dans leur soirée, elle est habillée en blanc (évidemment: symbole de pureté, etc.). Et quand elle se rend compte, en regardant dans le miroir, qu’elle est aussi enchaînée à ses fils de perles, elle les arrache (d’ailleurs, dans le même temps, on voit une fille en noir qui remet ses lunettes de soleil, symbole de son aveuglement). De même, dans l’allégorie de la caverne, « on détache l’un de ces prisonniers ». Qui ça « on »? Et qu’est-ce que ça veut dire qu’on se libère? ça veut dire qu’on se libère des ces fameuses conventions, préjugés et opinion en faisant l’effort de penser par soi-même. L’allégorie de la caverne, en fait, est un peu l’allégorie de la philosophie: remettre ses opinions et ses certitudes en doute, pour parvenir à penser par soi-même. Et le prisonnier qui parvient à se libérer est donc le philosophe.

lavieestbelle2

Dans la fameuse pub pour le parfum, on voit ainsi Julia Roberts monter un escalier qui mène vers une lumière, tout comme le prisonnier remonte la pente souterraine pour sortir de la caverne et se retrouver à la lumière du jour. « Sortir de la caverne », c’est faire un peu tomber les écailles qu’on avait sur les yeux, et se défaire de ses opinions. Voir la lumière, c’est voir la vérité.

Le problème, c’est que la vérité qu’on trouve au bout du tunnel est une bouteille de parfum! « Dans un monde fait de diktats et de conventions, existe-t-il une autre voie? » Oui: le parfum de Julia Roberts! Le problème, c’est la publicité fait plutôt partie de ce que Platon désignait comme les marionnettistes. Aujourd’hui, les diktats et les conventions viennent quand même beaucoup moins des politiques et de la religion que des slogans publicitaires. D’ailleurs, ce n’est pas la sagesse ou la vérité qu’on nous promet, mais le bonheur: « la vie est belle ». Cosmétique, société de consommation, star de cinéma: pour se libérer des diktats et des conventions, on repassera!

 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under bac philo, Philosophie pop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.