Tifo

Tifo n. m. Dazibao de tribune

« OM-PSG: «Je suis Chelsea», le tifo que ne feront pas les Yankee », 20 minutes, 18/03/2015

typhusTifo. 4 lettres, deux syllabes, un mot idéal –diront les mauvaises langues- pour les supporters de football. Tifo vient de l’italien tifo, qui veut dire typhus, et par extension fanatisme ou enthousiasme. On se demande un peu comment une maladie, transmise du rat à l’homme par des poux, qui se traduit certes par une forte fièvre mais est surtout caractérisée par un état dit « de stupeur » a pu, par extension, se convertir en enthousiasme, mais admettons. Il n’en demeure pas moins que cette extension a conduit à désigner les supporters de foot sous le nom de tifosi, et les banderoles qu’ils déploient pendant les matchs sous le nom de tifo.

Le tifo, c’est l’un des deux seuls moyens dont dispose le supporter de football pour crier au monde, en laissant libre court à sa créativité, en maniant avec style le second degré, et surtout sans haine de l’autre, l’amour qu’il porte à son club : « Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les ch’tis » ou, plus récemment, le tifo brandi par les supporters du Standard de Liège, évoquant sur un ton badin mais sans animosité aucune l’opportunité de la décapitation de Steven Defour, « coupable » d’avoir quitté le club depuis quelques années et d’y revenir ce jour-là sous les couleurs du rival Anderlecht. Ah ah ah ! Sans animosité aucune, juste pour signifier au joueur anciennement adulé qu’il n’est « plus le bienvenu ici ».

tifo defourL’autre moyen d’expression créative du supporter désireux de faire savoir qu’il aime par-dessus tout son club mais qu’il n’a rien de spécial contre qui que ce soit, c’est le chant. « Marseillais, va niquer ta mère ». « Paris, Paris, on t’en-cu-le ». « Emmenez-moi à Geoffroy Guichard, emmenez-moi au pays des bâtards, il me semble que la misère serait d’être supporter des verts » (sur une mélodie de Charles Aznavour). Juste un cri d’amour pour son club, pas d’animosité, tout au plus un peu de dérision. On observera que le couplet suivant de cette dernière chanson, tout en légèreté à peine teintée d’ironie, ne laisse du reste absolument aucun doute sur les intentions pacifiques du chœur des supporters : « On a prévu des fumigènes, torché des banderoles, c’est pour exprimer notre haine envers ces tafioles ». Des poètes, les tifosis. Paix et amour.

Bref, un tifo, c’est une grande banderole déployée dans un stade par des supporters de foot. Bien évidemment, tous ne sont pas haineux, il y en a même qu’on peut trouver beaux.

 Le dico des mots qui n’existent pas (et qu’on utilise quand même) – Edition 2015 remastérisée, aux éditions Omnibus

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Dico des mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.