Barista

 

Mots « coupés au montage » de la nouvelle édition du Dico des mots qui n’existent pas (et qu’on utilise quand même). La suite. Aujourd’hui, le mot barista, lui aussi rentré dans le Petit Robert 2015.

Barista n. m. de l’italien barista contenant bar et –ista (suffixe équivalent au français –iste désignant souvent une personne exerçant un métier ou une activité, comme dans dentiste, touriste, garagiste, dabiste*) – Du coup, barista pourrait correspondre à bariste, sauf qu’en français, ça n’existe pas, bariste, et qu’on dit plutôt « barman » qui est d’ailleurs un mot anglais construit de la même manière que barista, avec bar et -man. Bref, en français, y a pas vraiment de mot pour parler du gars qui est derrière le comptoir. Il y a bien bistrot, bistrotier, bistroquet, cafetier ou encore mastroquet, mais là on parle plus du patron que du barman, or ce n’est pas toujours la même personne.

 Personnages en mousse de café en relief

Barista a grosso modo deux sens :

1. Ceux qui sont fans du groupe américain Pearl Jam originaire de Seattle connaissent certainement ce morceau qu’on trouve dans le second album du groupe que certains intitulent versus ou même vs, sachant qu’il n’y a pas vraiment de titre à cet album, mais c’est celui sur lequel il y a un lama ou un mouton qui a la tête dans un filet. Dans cet album, donc, on trouve la chanson Elderly woman behind the counter in a small town, ce qui signifie à peu près « la femme d’un certain âge derrière le comptoir dans une petite ville ». Et bien dans le premier sens, c’est ça, un barista : une personne qui travaille derrière un comptoir. Un barman, quoi. Mais pourquoi utiliser le mot barista pour désigner celui qui travaille au bar, alors que barman existe déjà ? C’est parce que l’italien barista ne désigne pas seulement celui qui travaille derrière le bar, et contient donc une nuance par rapport à barman.

 

2. Ceux qui ont vu le film de Michel Gondry The green hornet ou Le frelon vert sorti en 2011 savent sans doute qu’il s’agit d’un remake d’une green_hornetfameuse série des années 1960 plus ou moins humoristique, elle-même inspirée d’une BD. Dans sa version de 1966, The green hornet est surtout marqué par l’apparition de Bruce Lee dans le rôle de Kato, le partenaire du frelon vert. Et c’est justement ce fameux Kato qui est présenté dans la version de 2011, non seulement comme un spécialiste des arts martiaux, mais aussi, comme un spécialiste du café. D’ailleurs, c’est pour cette raison que le héros, Britt Reid lui demande d’abord de se remettre à son service après la mort de son père. Vers le début du film, il y a une scène fameuse où Kato prépare un café incomparable pour son employeur, en parvenant à dessiner une feuille avec la mousse du café. C’est typique du spécialiste du café. Et c’est ça, aussi et surtout, qu’on appelle un barista : un genre de sommelier du café, passé maître dans l’art de connaître et de préparer le café.

Retrouvez de nouvelles définitions dans Le dico des mots qui n’existent pas (et qu’on utilise quand même) – Edition 2015 remastérisée à partir du 25 septembre aux éditions Omnibus

 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Dico des mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.