Jonh Lennon, Imagine no religion?

imagine

Le plus étonnant dans la chanson Imagine sortie en 1971, n’est pas que John Lennon prône la fin de la religion, mais qu’il ajoute : You may say I’m a dreamer (« Vous devez me prendre pour un rêveur » ou « Tu diras peut-être que je rêve »).

« Imagine there’s no heaven/It’s easy if you try/no hell below us/Above us only sky…And no religion too »(Imagine qu’il n’y ait aucun paradis/Il suffit d’essayer/Aucun enfer sous nos pieds/Seulement le ciel au-dessus de nos têtes…Et aucune religion non plus).

A première vue, ceux qui rêvent sont plutôt ceux qui « imaginent » un paradis – et un enfer – que personne n’a jamais vu. L’illusion consiste dans une apparence dénuée de réalité, comme dans les illusions d’optiques ou les mirages. Imaginer consiste à créer dans son esprit des choses qu’on ne voit pas. Ce sont donc les croyances religieuses, relatives à Dieu, au paradis et à l’enfer qui sont des illusions. En revanche, on pourrait penser qu’il n’y a pas besoin de faire un gros effort d’imagination pour voir « seulement le ciel au-dessus de nos têtes », puisque c’est effectivement tout ce qu’on voit. En bref, on pourrait se demander pourquoi il paraît si difficile d’en rester au principe : « je ne crois que ce que je vois », et pourquoi il paraît si facile et si naturel de tomber – ou de s’élever – dans la croyance religieuse. En 1927, Freud s’en étonnait déjà :

« Les représentations religieuses, en dépit de leur incontestable manque de crédibilité, ont exercé la plus forte influence sur l’humanité. »

L’avenir d’une illusion.

Freud

Freud

Deuxième paradoxe : si John Lennon veut imaginer la disparition de la religion, c’est au nom de la paix : all the people living life in peace…and the world will be as one (« tout le monde vivrait en paix…et le monde ne ferait qu’un »). Pourtant, c’est au nom de la paix que l’on a tendance à défendre la religion : les croyants ont l’habitude de parler de leur « religion de paix et d’amour », et le nom même des « catholiques » vient du grec « katholous » qui veut dire « universel », ce qui signifie à peu prêt : « le monde ne fait qu’un ». D’ailleurs, l’étymologie incertaine de « religion » serait le latin religare, « relier » – connecting  people, comme dirait la marque de téléphone.

Même ceux qui ne croient pas vraiment dans les dogmes religieux peuvent rappeler qu’ils constituent les « mythes fondateurs » de la société. On peut penser aux 10 commandements, comme « tu ne tueras point » : peu importe qu’ils viennent de Dieu, en tout cas, ce sont des règles nécessaires qui rendent possible la vie en société, et sans ces règles, on ne pourrait pas vivre en paix. En plus, ce sont bien ces croyances qui offrent un peu de réconfort et d’espoir aux hommes qui ont forcément un peu peur de mourir, et se

Marx

Marx

lamentent devant les injustices de la société. Alors, la religion leur demande « d’imaginer » un paradis, où les bons seront récompensés, et les méchants punis, et où « les derniers seront les premiers ». Alors, la religion doit-elle disparaître, quand bien même les croyances religieuses ne seraient que des illusions ?

Dans l’avenir d’une illusion, Freud rappelle gentiment que la religion n’a pas toujours rendu les hommes si sages et heureux que ça, et on ne peut que constater à quel point les appels à l’amour et à la paix produisent les plus souvent, des guerres. Et bien sûr, la chanson de John Lennon – et de Yoko Ono – rappelle furieusement la fameuse phrase de Marx : la religion « est l’opium du peuple ». Pour lui, le bonheur « imaginaire » ou « rêvé » est bien plutôt du côté de la religion :

« L’abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l’exigence que formule son bonheur réel. » Critique du droit politique hégélien.

 Imagine ne dit pas autre chose :

« Imagine all the people living for today ».

Be Sociable, Share!

1 Comment

Filed under Philosophie pop

One Response to Jonh Lennon, Imagine no religion?

  1. Pingback: Mourir pour des idées, c’est stupide? | Quelques grammes de philo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.