Un vieux Porto dans une tempête (1ère partie)

columbo1« Un vieux porto dans une tempête » ? Qu’est-ce que c’est? Le titre original d’un épisode de Columbo, « Any old Port in a storm » traduit en version française par « Quand le vin est tiré ». C’est l’occasion de montrer que Columbo est une figure californienne du Cynique, à l’image de Diogène. L’occasion aussi d’expliquer cet intérêt incompréhensible que l’on peut avoir pour la seule série policière où l’on connaît l’assassin dès le début, sans que cela réduise le suspens.

Surprise et suspens – Rappelons d’abord la distinction faite par Hitchcock entre la surprise et le suspens, notamment dans ses entretiens avec Truffaut: si deux personnes discutent ensemble et qu’une bombe doit exploser au bout d’un quart d’heure, il vaut mieux que le spectateur sache que la bombe est là. Ainsi, il vivra 15 minutes de suspens, au lieu d’être simplement surpris pendant 15 secondes, après 15 minutes de conversation ennuyeuse. En bref, la peur, l’attente et en un mot, l’intérêt que l’on peut éveiller chez le spectateur consiste à lui donner le plus d’informations possible. Or, très conforme à cet exigence hitchcockienne, un Columbo commence toujours par le meurtre: on sait qui est l’assassin et surtout, de quelle manière il s’y prend. Dans certains épisodes, quelques scènes d’introduction permettent même de connaître le mobile. C’est notamment le cas dans  l’épisode du porto: l’assassin, Adrian Carsini (Donald Pleasence), se dispute avec son frère Ric, la future victime. Pourquoi? Adrian est un grand oenologue et producteur de vin, auquel il consacre toute sa vie. Pendant l’épisode, il s’achètera même une bouteille à 5000 dollars. Son frère lui, préfère les voitures et les femmes, mais c’est à lui que le vignoble appartient, tandis qu’Adrian ne fait que l’exploiter. Or, Ric annonce à son frère qu’il veut tout vendre. Donc, Adrian décide de la tuer. Ainsi, quand Columbo entre en scène, on connaît en général le qui? Le comment? et le pourquoi? Alors, qu’est-ce qu’on attend?

http://www.youtube.com/watch?v=TjCbLEWZQS8

Columbo39fVideos, Watches & clocks – En général, Columbo admet qu’il soupçonne l’assassin dès leur première rencontre. Donc, c’est pas ça. Il arrive assez vite à savoir comment il a commis son crime. Donc, pas ça non plus. Ce qu’il reste de suspens et que le « lieutenant » peut mettre du temps à découvrir, c’est la déconstruction de l’alibi que le meurtrier s’est fabriqué avec beaucoup d’intelligence et de technique. D’ailleurs, les assassins de Columbo passent plus de temps à construire leur alibi qu’à commettre leur meurtre. Et ça a souvent un rapport avec des montres qu’on règle, qu’on dérègle, qu’on trafique. ça a aussi à voir avec des vidéos qu’on enregistre, comme dans Playback où l’assassin enregistre une vidéo surveillance de son crime pour la diffuser en différé à l’agent de sécurité, au moment où il se rend lui-même à une soirée et fait constater nonchalamment l’heure qu’il est à tout le monde, sur sa très moderne – à l’époque- montre à affichage en chiffres. Dans le genre, l’un des meilleurs meurtres qui combine à peu près toutes les techniques de jeu avec l’heure du crime est sans doute Meurtre parfait. En bref, le temps et tous ses instruments de mesure jouent un grand rôle dans Columbo.

Soit. Mais même la manière dont le meurtrier a pu construire son alibi peut être établie assez tôt. Alors quoi? Trouver des preuves? Oui et non. Les preuves ne sont pas toujours très convaincantes et on peut supposer qu’elles passeraient mal devant un tribunal. Si on y fait attention, elles ne servent pas à confondre l’assassin objectivement. Non, les supposées preuves que Columbo finit par présenter au meurtrier lui-même doivent le conduire aux aveux. Et c’est plutôt ça l’intrigue: une guerre psychologique. Alors qu’on a affaire à quelqu’un d’intelligent, fort, riche et célèbre, la question est de savoir comment et pourquoi cette personne va finir par admettre qu’elle est l’assassin et ainsi, s’avouer vaincue face à celui qu’elle a longtemps pris pour un idiot et un plouc. Et c’est là que la trame est celle du cynisme. C’est aussi ce qui fait l’originalité de l’épisode au Porto.

à suivre…
Be Sociable, Share!

1 Comment

Filed under Philosophie pop

One Response to Un vieux Porto dans une tempête (1ère partie)

  1. Pingback: 12 hommes en colère : suffit-il d’être certain pour être « dans le vrai » ? (1ère partie) | Quelques grammes de philo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.