Le Gouvernement des juges. Spéciale dédicace à mes étudiants de la CPI de l’Ecole Nationale de la Magistrature.

En France, les noms de certains magistrats sont associés à des dossiers « politiques » fortement médiatisés. Ainsi le juge Thierry Jean-Pierre est –il à l’origine de l’affaire Urba en 1991 et du prêt d’un montant d’ un million de francs consenti par Roger-Patrice Pelat à Pierre Bérégovoy, premier ministre d’avril 1992 à mars 1993. Le nom et le visage de Renaud van Ruymbeke sont associés à l’affaire Boulin, au financement occulte du Parti Républicain, à l’affaire des frégates de Taïwan, à Jérôme Kerviel mais surtout au dossier Clearstream et au volet financier de l’affaire Karachi. Mais le plus médiatique des juges fut assurément Eva Joly, nommée au pôle financier du palais de Justice de Paris. Saisie de l’affaire Elf, elle fait incarcérer l’ancien PDG d’Elf, président en exercice de la SNCF. Dans le dossier des frégates de Taïwan, elle n’hésite pas à mettre en examen Roland Dumas, le président du conseil constitutionnel, contraint à la démission. A cette courte liste, on peut encore ajouter le nom du procureur de Montgolfier attaché à l’affaire OM-Valenciennes qui provoqua la chute de Bernard Tapie.

Continue reading