Ce que dévoile une toile (2) : La représentation prise en défaut, le Testament d’Orphée.

ž« [Zeuxis] eut pour contemporains et pour émules Timanthès, Androcyde, Eupompe, Parrhasius. Ce dernier, dit-on, offrit le combat à Zeuxis. Celui-ci apporta des raisins peints avec tant de vérité, que des oiseaux vinrent les becqueter; l’autre apporta un rideau si naturellement représenté, que Zeuxis, tout fier de la sentence des oiseaux, demande qu’on tirât enfin le rideau pour faire voir le tableau. Alors, reconnaissant son illusion, il s’avoua vaincu avec une franchise modeste, attendu que lui n’avait trompé que des oiseaux, mais que Parrhasius avait trompé un artiste, qui était Zeuxis. » Pline , Histoire Naturelle.

L’art d’imiter est donc bien éloigné du vrai. »  République Livre X.

L’art d’imiter est donc bien éloigné du vrai. » République Livre X.

Zeuxis , maître du trompe-l’œil, il porte la conception mimétique de l’art grec à son apogée. Continue reading

Si vous en avez l’occasion, ne manquez pas la conférence « Ce que dévoile une toile: Peinture et vérité ».

Trompes- l’œil, anamorphoses, jeux multiples et virtuoses qui fondent l’illusion réaliste, tous ces artifices ont naguère encouragé de fanatiques iconoclastes à briser les images, brûler des œuvres d’art qu’ils considéraient comme vaines, voire outrageuses. Tenter de représenter la Vérité absolue, sacrée, surnaturelle reste toujours évidemment dans le cadre de certaines religions plus que jamais un sacrilège capital. Aux yeux de l’idéaliste, en règle générale,  la représentation de la chose nous éloigne d’autant plus de la vérité de cette même chose. Notre histoire est ainsi jalonnée de déclarations de vanité à l’égard de la peinture  et de bûchers des vanités pour y brûler des peintures.

Continue reading