Les mots qui font l’actu…( suite): Drone, french celebrating, clown, catastrophe…

                                                                      French  celebrating.

 

Au mois de novembre 2015, Manuel Valls, devant des chefs d’entreprise  français, donnait au « french bashing »  son antonyme : le « french  celebrating. »

Le bashing , commençons par lui car c’est bien de lui que tout dépend, c’est une « raclée ». Il s’agit de frapper violemment ( au sens figuré)  celui ou celle que l’on cherche à dénigrer, humilier…Le french bashing  prend la forme aux Etats-Unis assez régulièrement  d’un lynchage médiatique de la France, des français, de leur politique, leur culture etc. Des hebdomadaires prestigieux vont ainsi s’interroger sur « La chute de la France », « Le déclin de la Culture française » ou encore : « Comment le pays du coq est-il devenu celui du mouton ? ».

La violence de certains propos étonne  mais est-ce bien nouveau ?

Shakespeare, himself,  inaugure le genre dans Henry V, pièce dans laquelle il représente les Princes français comme arrogants et lubriques…

A reprendre dans une réflexion sur les conflits culturels, sur la nation et sa construction dans le conflit et la guerre.

 

                                                                 
 

                                                                             Drone

Qu’il survole des centrales nucléaires française à des fins non établies, qu’il délivre son poids de bombes sur un territoire ennemi, qu’il  transporte au plus vite des commandes passées  sur le Web, ou qu’il prenne tout simplement l’aspect d’un jouet star de Noël, le drone est en train de s’installer dans notre quotidien.

C’est un mot anglais qui signifie « faux-bourdon » qui finalement a été préféré au sigle UAV ( pour Unmanned Aerial Vehicle) pour désigner cet engin sans conducteur, ni passager  qui s’apparente à un modèle non réduit et téléguidé. Les drones peuvent effectuer des missions très longues, sans risquer de mettre en jeu la vie  de leurs pilotes. De ce point de vue, le drone quand il sert des fins militaires participe de cette pratique de la « guerre propre », une guerre techno, précise, économe en vies humaines  ( militaires, principalement) qui voudrait persuader l’opinion que l’horizon « zero killed » ( OK) est envisageable.

Une réflexion sur la Guerre, son histoire, son évolution pourrait accueillir cette référence. La guerre la plus « propre possible » serait celle qui ne verrait qu’affrontements de robots et que destruction de matériel.

 

                                                                  

 

                                                                               Grève

Bien réelles ou simplement menaçantes, les grèves reviennent souvent  à la fin de l’automne et au début de l’hiver…Ce sont des grèves de mécontents qui ne préparent pas les révolutions, contrairement à celles du mois de mai, par exemple…

Bref, drôle de mot pour dire le combat à l’issue toujours incertaine du salarié contre son employeur.

Car c’est un mot qui sent la plage ou le supplice. En effet, le mot désigne bien initialement une étendue de sable ou de gravier sur les berges d’un fleuve ou d’une rivière ou encore à Paris, cette place située sur la rive droite de la Seine, devant l’Hôtel de Ville (aujourd’hui Place de la Libération) où se tenaient les exécutions publiques. Mais bien avant cela, sur cette place de Grève s’installèrent  des commerces et un marché. Les hommes sans emploi venaient y trouver du travail mais ils venaient aussi exprimer leur mécontentement. « Faire grève », ce sera donc se tenir sur la place de Grève pour protester  contre de médiocres conditions de travail ou un salaire trop faible.

Ce mot trouve aisément son actualité dans les différents conflits sociaux qui agitent notre pays. Il renvoie à une représentation du monde du travail comme un champ de Bataille. Sans nécessairement reprendre le schéma de la « lutte des classes », il est clair que la Grève ( voire la Grève Générale) est une arme au service des revendications des salariés.

                                                                      

 

                        

 

                                                                                Clown.

La France a peur…Depuis quelques mois  apparaissent sur le web mais aussi dans les rues de certaines grandes villes du Nord de la France notamment de « méchants clowns »…

Le clown, celui qui étymologiquement  fait peur par sa balourdise, sa rusticité, désormais terrorise : renversement intéressant d’une figure liée au Cirque, au Rire, à l’Enfance. De fait le masque du clown semble pouvoir aussi cacher le visage du Joker ( The Dark Knight de C. Nolan) comme celui du psychopathe monstrueux de S. King ( It).  Le glissement s’opère probablement aux Etats-Unis à la suite du traumatisme que l’un des plus effrayants serial killers de tous les temps ait infligé à l’opinion : John Wayne Gacy, Pogo, Le clown Tueur, reconnu coupable du meurtre de 33 jeunes hommes , qui avait l’habitude de se grimer en clown.

A mettre en rapport avec la question du Masque mais aussi du caractère inquiétant du rire, au moins son caractère ambivalent.

                                                                  

 Catastrophisme.

Le cinquième rapport rédigé par le GIEC ranime ce « catastrophisme » naguère éclairé et que le philosophe JP Dupuy appelait de ses vœux.

La Catastrophe, c’est l’évènement malheureux sur lequel  s’achève inévitablement la Tragédie. Le catastrophisme prédit à une humanité peu soucieuse de son environnement une fin tragique. De fait, ce qu’il y a de propre au Catastrophisme, c’est bien qu’il  formule la sombre fatalité à laquelle nous a condamné notre mode de développement. Il est encore possible de réagir et d’empêcher l’irréversible. Mais pas pour longtemps.

La Nature, le Progrès, la responsabilité des Hommes et des techniciens en particulier donnent au candidat l’occasion de revenir sur les angoisses que fait naître le réchauffement climatique.

                                                                    

 

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *