L’épreuve d’Histoire à Sciences-Po Paris: les conseils de Frédéric Munier , professeur d’Histoire dans les classes préparatoires aux Grandes Ecoles.

Voici les recommandations de Frédéric Munier, professeur d’Histoire  dans les classes préparatoires du lycée Saint Louis ( Paris):

 

L’épreuve d’histoire à Sciences Po Paris

 

 

Epreuve obligatoire, à l’instar de la culture générale et de la langue vivante, l’épreuve d’histoire à l’IEP de Paris est exigeante tant sur le fond – les connaissances requises – que dans sa forme – la dissertation est un exercice qui a peu à voir avec la composition telle qu’elle est pratiquée au lycée.

 

 

1. Vaste programme : le monde depuis 1914

 

Voici les grands thèmes de programme tels que vous pouvez les trouver sur le site de l’IEP :

 

1. Guerres, démocraties et totalitarismes (1914-1945)

. L’Europe et le monde en 1914.

. La Première Guerre mondiale et les bouleversements de l’Europe (cette étude inclut l’histoire de la Révolution russe de 1917 à la mort de Lénine).

. Les démocraties libérales dans l’entre-deux-guerres (France, Etats-Unis, République de Weimar. Le programme inclut les aspects économiques, sociaux et culturels).

. Les totalitarismes (fascisme, nazisme, stalinisme).

. Les relations internationales de 1919 à 1939.

. La Seconde Guerre mondiale (les grandes phases ; l’Europe sous la domination allemande ; la France et les Français dans la guerre).

 

2. Le monde de 1945 à nos jours

. Le monde en 1945.

. Les grands modèles idéologiques du monde et leur évolution (la démocratie américaine depuis 1945 ; apogée et crise du modèle soviétique de 1945 à 1991).

. De la confrontation Est-Ouest à la recherche d’un nouvel ordre mondial de 1945 à nos jours.

. Le Tiers-Monde : indépendances, contestation de l’ordre mondial, diversification.

 

3. L’Europe de 1945 à nos jours

. L’Europe de l’Ouest en construction jusqu’à la fin des années 1980.

. Le temps des démocraties populaires (1948-1989).

. Les enjeux européens depuis 1989.

 

4. La France de 1945 à nos jours

. Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale.

. L’évolution politique.

. Economie, société, culture.

. La France dans le monde.

 

Si, en apparence, ces thèmes reprennent les grandes lignes des programmes de Première et de Terminale, il ne faut pas s’y tromper : les connaissances requises pour l’examen d’entrée doivent être bien plus approfondies.

 

 

 

2. Les connaissances, comment les acquérir ?

 

Le plus simple est d’abord de conserver ses manuels de Première et de Terminale. Ils ont l’énorme avantage de présenter toute une série de documents, précis, souvent bien choisis, qui constituent autant d’exemples précieux dans une dissertation.

 

Pour ce qui est du cours en revanche, mieux vaut délaisser ces ouvrages pour leur préférer des manuels consacrés à la préparation de l’examen. Je vous conseille deux références en particulier qui sont tout à fait recommandées. A vous de les feuilleter en librairie et de faire votre choix :

. Patrice Touchard (dir.), Le siècle des excès, Paris, PUF, 2010. Si vous optez pour cet ouvrage, prenez bien soin d’acquérir la version la plus récente, complètement remise à jour. Avec ses 800 pages, l’ouvrage est impressionnant mais il traite la totalité du programme.

. Pierre Milza & Serge Bernstein, Histoire du XXe siècle, Paris, Hatier, 4 volumes. Ces ouvrages sont de grands classiques, ils ont été rédigés par deux éminents professeurs de Sciences Po et sont régulièrement réédités.

Attention, le thème de la France requiert quant à lui un approfondissement. Il existe un ouvrage commode sur la question :

 

. Charles Giol, De Jaurès à Sarkozy. Histoire de France de 1914 à nos jours, Paris, PUF, 2008.

 

 

 

3. La dissertation, comment s’y préparer ?

L’exercice proposé – une dissertation à traiter en quatre heures avec trois sujets au choix – n’est pas un exposé érudit mais doit montrer l’aptitude du candidat à construire une problématique à partir du sujet donné et à rédiger un développement structuré et argumenté.

Son schéma est classique :

 

-          Une introduction d’abord, d’une page environ, qui analyse les notions du sujet, définit l’espace ainsi que la période considérés. Une fois cela fait, le candidat doit énoncer explicitement la question posée par le sujet ; c’est ce que l’on appelle la « problématique ». Par exemple : « Le monde est-il encore européen au lendemain de la Première Guerre mondiale ? », « L’Europe actuelle est-elle fidèle au projet des pères fondateurs ? » etc. La problématique sert de fil directeur durant tout le devoir ; c’est elle qui oriente l’argumentation. Sans elle, la dissertation tourne au récit, au catalogue, à l’exposé. L’introduction s’achève par une annonce de plan qui propose les trois axes autour desquels va s’orienter la réflexion.

 

-          Un développement de plusieurs pages. C’est là le cœur du travail. Il est généralement structuré en trois parties (deux est souvent synonyme de manichéisme, quatre de manque de synthèse). Les plans les plus courants sont : le plan chrono-thématique – qui découpe la période considérée en trois temps dont chacun se singularise par une thématique forte -, le plan analytique – qui décrit avant d’expliquer puis d’envisager les limites ou les enjeux du problème posé – ou encore le plan dialectique, recommandé lorsque le sujet est posé sous forme de question – il prend la forme d’un « oui/mais/donc ».

 

-          Enfin, la conclusion vient parachever l’exercice. Elle procède en trois temps : d’abord, elle rassemble les principaux acquis du développement, puis elle répond à la question posée en introduction, enfin, elle ouvre à un questionnement plus large. L’étape la plus importante est la deuxième : proposer une réponse précise à la problématique est le but de l’exercice. Trop souvent négligée par les candidats, la conclusion est pourtant l’indispensable clé de voûte de la dissertation.

 

4. Les annales : tous azimuts

 

Voici les sujets tombés à Sciences Po Paris durant les dernières sessions.

Sujets 2008

. Berlin de la chute du nazisme à la chute du mur (1945-1989)

. Les pays européens et leurs colonies de 1914 aux années 1960

. Les traits majeurs de la France à la fin de Belle Epoque (1914)

 

 

Sujets 2009

. L’idée d’Europe et ses réalisations de 1945 à nos jours

. Les transformations de la société française de 1914 à nos jours

. La France des années 1930 : une France en crise ?

 

 

Sujets 2010

. La croissance économique en Europe depuis 1914

. 1989-2010 : nouvel ordre ou nouveau désordre mondial ?

. La Ve République, un nouveau système républicain et ses évolutions depuis 1958

 

 

Sujet 2011

            . L’Allemagne de 1914 au début des années 1960

            . Le monde en 1945

            . Réformer le modèle soviétique des années 1960 aux années 1980

 

 

Essayer de dégager une problématique et un plan détaillé pour chacun des sujets est également un bon moyen de se préparer à l’examen. Bon courage à tous !

 

 

Frédéric Munier

Tags: ,

Article du on Mardi, septembre 6th, 2011 at 14:45 dans la rubrique Méthodes. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

8 commentaires “L’épreuve d’Histoire à Sciences-Po Paris: les conseils de Frédéric Munier , professeur d’Histoire dans les classes préparatoires aux Grandes Ecoles.”

  1. Delaporte Cyprien dit:

    Que pensez vous du livre « Notre siècle » de René Rémond ? Est-il abordable et utile pour préparer l’épreuve ?

  2. Victor dit:

    Bonjour,
    Quelle est est le nombre habituel de pages pour une dissertation ?

  3. Maximilien dit:

    Mr Cobast,

    j’aurais besoin de renseignements de votre part concernant les campus de Sciences Po Paris car certaines personnes de mon entourage qui ont réussi l’examen à l’IEP Paris se sont retrouvés à Menton, Dijon ou d’autres campus.
    Pouvez-vous m’éclairer sur la question.

    Bien à vous.
    Chouchou.

  4. Chouchou dit:

    Mr Cobast, Mr Munier,
    Je me pose souvent des questions sur comment bien intégrer les notions présentes dans le milza-berstein. Au début, je fonctionnais avec des fiches, 10 pages/h : solution trop longue. Puis, j’ai instauré l’idée de surligner et de ficher qu’un point par sous-partie : solution plus efficace ? Pouvez-vous me conseiller sur une attitude à prendre face à « l’énormité » du programme a ingurgiter ?

    Bien à vous,
    Chouchou.

  5. Thibault dit:

    Messieur les professeurs,
    J’ai fiché l’ensemble des chapitres du tome 1 de l’oeuvre de Berstein et Milza, mais cela m’a pris beaucoup de temps. Pouvez-vous, comme mon camarade l’a demandé précédemment, me conseiller sur une attitude à prendre face à “l’énormité” du programme à ingurgiter et sur le fichage d’Histoire et de Culture générale ?

    Chouchoutement,
    Thibault.

  6. Chouchou of course dit:

    Mr Munier, Mr Cobast,

    Cette semaine, ma professeure d’Histoire-Géographie a affirmé que l’emploi du mot « génocide » n’est pas justifié et même interdit, parce que celui-ci, selon elle,sous-entend la notion de race. J’avoue avoir trouvé cela étrange, ce mot étant présent dans la plupart des manuels d’Histoire. D’autant plus que « genos », à mon avis, a une signification plus proche des mots « peuple » ou « clan » que de « race ».
    Pourriez-vous s’il-vous-plait m’éclairer sur ce point ?

    Bien à vous,

    Chouchou

  7. Antoine dit:

    @Maximilien : Je me permets de te répondre car je suis actuellement élève à l’IEP de Paris mais au sein du programme Europe-Afrique.
    En effet, lors de ton inscription au concours, tu devras faire le choix entre intégrer le campus de Paris « classique ou intégrer un campus régional, qui appartient à l’IEP de Paris et qui pratique le même programme mais avec des options relatives à l’aire géographique concernée par le programme/campus (Menton : Moyen-Orient …). En quelque sorte, c’est l’IEP de Paris qui s’est décentralisé. Cependant, pour faire tes deux ans de master, tu retournes sur le campus de Paris.

    J’espère avoir répondu à tes interrogations…

  8. Loza dit:

    bonjour tt le monde, je passe bientot mon entretien de science po pour le programme europe afrique.
    Vu que ça fait juste qq années qu il a été ouvert, il n y a pas trop d infos sur la préparation a l oral, ce serait sympa de m éclairer sur le sujet…Merci!!

Laisser un commentaire